Dernières Nouvelles | News 24

Un hôpital de Montréal sert du bannock aux patients autochtones

Un nouveau plat réconfortant est au menu des patients autochtones du Centre universitaire de santé McGill à Montréal.

Bannock est un plat qui a été transmis de génération en génération.

“C’est quelque chose qui se mange à presque tous les repas. C’est leur pain traditionnel qu’ils font à la maison”, explique Christiane Azzi, coordinatrice des services alimentaires.

Ce n’était pas une option lorsque George Matches, 70 ans, était hospitalisé pour une opération contre le cancer l’automne dernier.

Les médecins se sont inquiétés lorsqu’il a refusé de manger pendant son séjour de deux semaines. Ce n’est que lorsqu’il a été libéré qu’il a finalement révélé pourquoi.

« Il a dit : ‘La nourriture de l’hôpital me rappelle la nourriture du pensionnat’ », raconte la psychiatre Dre Marie-Josée Brouillette. “Je ne savais pas du tout que la nourriture pouvait être si déclenchante et si traumatisante.”

Des matchs ont commencé à s’ouvrir avec le personnel sur la façon dont une visite à l’hôpital peut être plus accueillante.

Une idée était d’inclure un aliment traditionnel.

C’est ainsi qu’a commencé la quête pour perfectionner une recette de bannock, en consultation avec les communautés des Premières Nations.

L’espoir est que le pain plat remplira non seulement les ventres, mais remontera également le moral dans ce qui peut être un cadre terrifiant.

« Être de retour dans un environnement familier est beaucoup plus apaisant que nous ne le pensons. C’était donc pour cela, pour le confort, pour essayer de les faire se sentir en sécurité », explique Julie Woodfine, infirmière de liaison en psychiatrie, qui travaille depuis longtemps dans le Nord avec First Nations et communautés inuites.

Malheureusement, Matches est décédé plus tôt cette année, ignorant l’héritage qu’il a laissé derrière lui.

“Nous avons été vraiment touchés. Cela signifiait beaucoup pour nous”, a déclaré Dinah Matches, l’une des quatre filles de Matches, de chez elle à Chisasibi, au Québec.

L’hôpital vise à offrir éventuellement du bannock à tous les patients.

Articles similaires