Actualité du moment | News 24

Un homme soupçonné d’avoir tué Montréal a utilisé une arme à feu obtenue illégalement

La police provinciale de Québec a confirmé vendredi qu’un homme atteint de maladie mentale soupçonné d’avoir tué trois personnes au hasard a utilisé une arme à feu obtenue illégalement. Entre-temps, des questions se posent sur les raisons pour lesquelles l’homme a été libéré d’un établissement psychiatrique.

La police de Montréal a abattu Abdulla Shaikh, 26 ans, dans un parking de motel tôt jeudi matin après avoir prétendument abattu trois hommes à Montréal et Laval, une banlieue au nord de la ville, en l’espace d’environ 24 heures. Deux hommes, âgés de 64 et 48 ans, ont été tués par balles à environ une heure d’intervalle mardi soir avant qu’un troisième homme, âgé de 22 ans, ne soit tué mercredi soir.

La police soupçonne que les meurtres ont été commis par le même suspect, apparemment au hasard.

“Quant à l’arme qui a été acquise par cette personne, l’enquête est toujours en cours pour savoir où il aurait pu se procurer l’arme”, a déclaré Benoit Richard, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), à CTV News.

“En ce moment, nous savons qu’il n’avait pas de permis pour une arme à feu.”

UN TIREUR CONSIDÉRÉ À UN RISQUE “SIGNIFICATIF”

Alors que l’enquête policière se poursuit sur les homicides multiples, une décision de la Commission d’examen de la santé mentale du Québec soulève des inquiétudes quant à la capacité du système de santé à surveiller correctement les personnes ayant des problèmes de santé mentale qui sont remises en liberté dans la communauté.

En mars, une décision de la commission d’examen de la santé mentale – la Commission d’examen des troubles mentaux – a déclaré que Shaikh pouvait continuer à vivre en dehors d’un hôpital psychiatrique même si son psychiatre avait déterminé qu’il constituait “un risque important pour la sécurité publique” en raison de ses troubles mentaux. Etat. La commission d’examen de la santé mentale a accepté le témoignage de son psychiatre selon lequel il s’était amélioré au cours des mois précédant l’audience du printemps dernier.

Le médecin a recommandé – et le conseil a accepté – qu’il soit autorisé à rester un homme libre tant qu’il respecte certaines conditions fixées par l’hôpital, notamment en suivant les recommandations de son équipe de traitement. Il a fait cette recommandation malgré avoir signalé certaines inquiétudes quant au comportement de son patient, notamment “le déni et la banalisation des troubles du comportement, de la violence et de la pathologie psychiatrique” ainsi que “le lourd passé d’accusations d’actes criminels de toutes sortes reste nié, ce qui banalise les risques futurs de passer à l’acte.”

Lorsqu’il a été joint vendredi après-midi, le psychiatre s’est refusé à tout commentaire.

Shaikh a été déclaré non responsable criminellement en juillet 2018 après avoir été accusé de méfait après une série d’incidents dans les aéroports de la région de Montréal. Lors d’un incident, il a mis le feu à son passeport avec une bougie près de l’entrée de l’aéroport Montréal-Trudeau.

CTV a confirmé que le tireur avait été libéré sous conditions en 2021 de l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé à Laval.

Vendredi, le CISSS de Laval, la régie régionale de la santé qui supervise l’hôpital, a publié une déclaration à CTV disant qu’il était au courant des homicides de cette semaine, mais qu’il ne pouvait pas répondre à des questions précises – notamment si les conditions de libération de Shaikh étaient respectées – en raison de la confidentialité des patients.

Le communiqué indique qu’il incombe au conseil régional de la santé d’assurer le “respect” des ordonnances de traitement et de soins que les patients doivent suivre lorsqu’ils sont libérés dans la communauté.

« Dans le cas où le CISSS de Laval est informé qu’un usager ne respecte pas les conditions ou est évalué comme ne respectant pas les conditions émises par le [Tribunal administratif du Québec] et la Cour supérieure, la sécurité publique serait appelée à faire respecter ces conditions », lit-on dans le communiqué.

“Le CISSS de Laval tient à offrir ses sympathies aux familles des victimes.”

HOPITAUX SURCHARGES : PSYCHIATRE

Un psychiatre de Montréal qui n’est pas impliqué dans le cas de Shaikh a suggéré que la barre est parfois trop basse pour décider si une personne considérée comme un risque pour la sécurité publique en raison de son état mental peut ou non être libérée.

“Ils doivent atteindre la condition la plus basse qui garantira encore que la société n’est pas en danger. Ils recherchent le [fewest] conditions possibles », a déclaré le Dr Gilles Chamberland.

“Mais le problème, c’est que c’est l’hôpital qui devra s’occuper de ces conditions. Les hôpitaux sont là pour soigner les patients, pas pour suivre des personnes qui pourraient à nouveau être dangereuses.”

Le Dr Chamberlain, qui travaille à l’hôpital psychiatrique Philippe-Pinel de Montréal, a également souligné le manque de ressources pour les personnes une fois qu’elles quittent un établissement de santé mentale en liberté conditionnelle. Dans certains cas, a-t-il dit, les cliniques externes refusent les gens parce qu’ils sont trop dangereux.

“Nous avons un patient à Philippe-Pinel, et toutes les ressources refusent le patient. Nous avons une décision de justice pour le libérer, mais nous ne savons pas où car il est refusé partout”, a-t-il déclaré.

L’avocat François Legault, qui a représenté Shaikh en mars lors de son examen annuel des libérations, s’est demandé si la police avait agi trop rapidement, compte tenu de son état mental délicat.

“C’était important de protéger la société. Je suis entièrement d’accord avec cela, mais pourquoi est-il si important de ne pas faire peut-être plus de démarches avant d’entrer ? Sachant qu’il pourrait avoir en sa possession une arme, et sachant aussi qu’il avait de gros problèmes avec santé mentale », a-t-il demandé.

“Pourquoi n’avez-vous pas demandé à des travailleurs sociaux ou peut-être à un psychologue de venir avec l’équipe de police et d’essayer d’entamer une discussion avec lui?”

Il a noté que même si quelqu’un est « le pire [kind of] criminel », ils ont droit à la dignité.

“Même si cette personne a tué trois autres personnes, cela ne veut pas dire qu’il mérite cela”, a-t-il déclaré. “Vous avez le droit d’être arrêté… C’est [up to the] système judiciaire pour s’en occuper. Nous ne tuons pas des gens simplement parce qu’ils en tuent d’autres.”

Legault a ajouté qu’il n’avait pas vu Shaikh depuis mars.

“Nous sommes tous désolés de ce qui est arrivé aux trois victimes”, a-t-il déclaré. “En ce qui me concerne, le 29 mars, rien ne nous laisse penser qu’une telle chose puisse arriver.”

‘REPOSE EN PAIX MON FRERE’

Les familles des multiples victimes d’homicide tentent également de donner un sens à ce qui s’est passé.

Roxanne Crevier, la sœur de la troisième victime – Alex Levis Crevier, 22 ans – a déclaré dans un article sur les réseaux sociaux que sa mort a été un “cauchemar douloureux” et qu’elle est incapable de passer devant la scène où il a été tué.

Un homme soupçonné d'avoir tué Montréal a utilisé une arme à feu obtenue illégalementUn mémorial de fortune sur le boulevard Clermont à Laval où Alex Creview, 22 ans, a été tué par balle le mercredi 3 août 2022. Billy Shields/CTV News)

Crevier a été abattu vers 21 h 30 mercredi sur le boulevard Clermont et a été déclaré mort sur les lieux. Une planche à roulettes a été retrouvée près de son corps.

Jeudi soir, sa sœur a publié sur Facebook une photo d’un mémorial de fortune sur les lieux du crime.

“Tout ce que j’ai, ce sont ces souvenirs maintenant … te voir heureux d’être avec nous, d’être avec tes neveux”, a-t-elle écrit dans un texte avec la photo.

“Tu me manques déjà.”

Les autres victimes étaient André Lemieux, le père de 64 ans du boxeur professionnel David Lemieux. Il a été tué par balle vers 21 h 45 près du coin des boulevards Jules-Poitras et Deguire dans l’arrondissement Saint-Laurent à Montréal.

Environ 65 minutes plus tard, Mohamed Salah Belhaj, 48 ans, a été abattu vers 22 h 50 à l’intersection des rues Sauvé Ouest et Meilleur dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville.

L’affaire a été transférée à la police provinciale du Québec, la SQ, qui a déclaré croire que le tireur avait agi seul et semble avoir choisi ses victimes au hasard.

Avec des fichiers de Daniel J. Rowe et Ian Wood de CTV Montréal