Un homme qui appelle la police au cambriolage de Surrey fait maintenant l'objet d'une extradition suite à un "crime" grec il y a 11 ans

David Familton (ci-dessus) fait face à des années de prison pour agression il y a dix ans en Grèce – après avoir appelé la police britannique la semaine dernière pour signaler une introduction par effraction à son domicile à Surrey

En Grèce, un père de famille fait face à une agression il y a dix ans. Après avoir appelé la police britannique la semaine dernière pour signaler une introduction par effraction à son domicile, à Surrey.

David Familton a appelé le 999 après que des intrus aient fouillé son appartement, mais il est resté abasourdi lorsque des flics l'ont plus tard arrêté pour avoir battu un vacancier en Crète en 2009 alors qu'il travaillait comme portier de boîte de nuit.

Âgé de 35 ans, de Dorking, il affirme qu'il est innocent bien qu'il ait été reconnu coupable en l'absence de GBH et désapprouvé par un tribunal grec en 2015.

Il se bat actuellement pour l'extrader en Crète au début de la nouvelle année, où il pourrait purger près de sept ans d'emprisonnement pour un crime qu'il affirme ne pas avoir commis.

S'adressant à MailOnline, il a déclaré: «Je suis reconnaissant de pouvoir passer ce Noël avec mon fils – mais qu'en est-il des sept prochains Noëls? Qu'en est-il des sept prochains anniversaires?

‘Mon monde s’est effondré et à ce stade je suis perdu. Je suis une personne forte et je me suis beaucoup occupée de ma vie, mais à ce stade, je suis vraiment brisée et je me sens impuissante et à la merci d’un système judiciaire grec qui, à mon avis, est à la fois corrompu et violent. "

Agé de 35 ans, ce dernier a appelé 999 après que des intrus aient fouillé son appartement, mais a été assommé par des policiers qui l'ont ensuite arrêté pour avoir battu un vacancier en Crète en 2009 alors qu'il travaillait comme portier de discothèque.

Il se bat maintenant pour l'extrader vers la Crète au cours de la nouvelle année, où il pourrait purger près de sept ans d'emprisonnement pour un crime qu'il affirme ne pas avoir commis.

M. Familton a mené une vie normale au cours de la dernière décennie – revenant même sans problème en Crète en 2010 – mais a été arrêté à son domicile, deux jours après le signalement de l’introduction par effraction de ce mois-ci.

M. Familton a déclaré à MailOnline: "Je n’ai rien fait de mal, je travaille, je paie des impôts et je vote depuis dix ans, donc si je suis un fugitif, je dois être le pire fugitif de l’histoire."

Le constructeur a déclaré que la police était venue enquêter après que sa maison avait été cambriolée.

«Le lundi suivant, j’ai reçu un appel de leur part. Ils ont pris des dispositions pour venir prendre une déposition mais ils ont demandé ma date de naissance et le nom de jeune fille de ma mère, ce que j’ai trouvé étrange, mais qui a tout de même donné l’information sans plus réfléchir.

«Je suis rentré chez moi ce soir-là et j’ai été arrêté à ma porte, conduit au poste de police de Staines sur ordre de la National Crime Agency.

«J'ai passé une nuit dans les cellules, mes empreintes digitales, un tampon pour ADN et, le matin même, emmené au tribunal de Westminster Magistrates, où j'ai été informé que je devais être extradé vers la Grèce pour GBH avec intention et de me faire condamner en mon absence 2015. '

L'agression aurait eu lieu en juillet 2009, alors que M. Familton travaillait comme portier dans une discothèque appelée Venue, dans la station balnéaire de Malia, célèbre pour ses jeunes touristes britanniques.

S'adressant à MailOnline, il a déclaré: «Mon monde s'est effondré et je suis maintenant perdu. Je suis une personne forte et je me suis beaucoup occupée de ma vie, mais à ce moment-là, je suis vraiment brisée et je me sens impuissante et à la merci d’un système judiciaire grec qui, à mon avis, est à la fois corrompu et violent "

M. Familton a mené une vie normale au cours de la dernière décennie – il est même rentré en Crète en 2010 sans aucun problème – mais a été arrêté à son domicile, deux jours après avoir signalé le cambriolage survenu ce mois-ci.

L'agression aurait eu lieu en juillet 2009, alors que M. Familton travaillait comme portier dans une discothèque appelée "Venue" dans la station balnéaire de Malia (ci-dessus), réputée pour ses jeunes touristes britanniques.

M. Familton a raconté qu'il se souvenait d'une voiture de police qui s'était arrêtée devant le club et qu'il avait d'abord pensé que la police allait ordonner la fermeture des portes pour couvrir la musique assourdissante de l'intérieur.

Cependant, il a rappelé: «La voiture a ralenti et quelqu'un à l'arrière m'a pointé du doigt.

«À ce moment-là, une deuxième voiture de police s'est arrêtée et trois policiers grecs ont sauté, m'ont attrapée, menottée et traînée le long de la route où cinq autres Anglais ont été menottés et se sont retrouvés sur le bord de la route.

«Ils s'étaient clairement battus et quelqu'un avait été transporté à l'hôpital avec de graves blessures à la tête.

«Nous avons été emmitouflés dans des voitures de police et emmenés au poste de police où j'ai passé une nuit dans une salle de béton recouverte de sueur avec environ 15 autres prisonniers.

«Le lendemain, on m'a interrogé, mais malgré ce que je leur ai dit, la police grecque a été brutale et m'a battue.

«On m’a informé que je devais être accusé de tentative de meurtre et ma première réaction a été de rire avec incrédulité.

«Quelques jours plus tard, moi-même et les autres coaccusés avons été traduits en justice, où il a été révélé que l’homme qu’ils cherchaient en rapport avec le crime avait le même tatouage ou un tatouage similaire au mien.

M. Familton a déclaré avoir été arrêté à tort parce que la police recherchait un homme portant un tatouage similaire (l'étoile ci-dessus)

M. Familton a déclaré que l'audience s'était déroulée en grec et qu'il n'avait aucun traducteur pour l'aider à comprendre ce qui se passait.

"Cependant, mon patron et mes collègues ont déclaré que je travaillais au club et que je n’étais pratiquement pas au combat."

M. Familton a déclaré que l'audience s'était déroulée en grec et qu'il n'avait aucun traducteur pour l'aider à comprendre ce qui se passait.

Il affirme avoir payé 1 500 euros pour obtenir sa libération et avoir signé un certain nombre de papiers écrits en grec sans en comprendre le sens.

‘Mon équipe juridique a dit qu’ils me contacteraient pour me faire savoir les dernières nouvelles, mais je n’ai plus jamais entendu parler d’eux.

«J'ai continué à travailler à Malia pendant le reste de l'été avant de prendre l'avion pour le Royaume-Uni.

«Je suis même retourné l’été suivant pour travailler et je n’avais aucun problème. La seule fois où j'ai entendu parler de cela, c'est en 2015 lorsqu'un ami m'a dit que certains des autres garçons qui avaient été arrêtés avec moi avaient été jugés en Crète et avaient été emprisonnés.

"C’était la fin, pensais-je, les autorités avaient engagé les responsables et j’avais poursuivi ma vie, c’était un choc énorme lorsque j’ai été arrêté et que tout cela est revenu à la surface."

On a appris à M. Familton que l'accusation en Crète avait été réduite de tentative de meurtre à GBH avec intention et rixe, mais qu'il avait été condamné au même procès que son coaccusé.

Son passeport a maintenant été saisi, mais sa famille a versé une caution de 10 000 £ pour le relâcher afin qu'il puisse se défendre.

Il doit comparaître devant le tribunal le 27 janvier prochain pour s'opposer à une ordonnance d'extradition des autorités grecques visant à rester au Royaume-Uni.

Le constructeur a déclaré qu'il avait continué à travailler à Malia cet été-là et était rentré un an plus tard sans aucun problème. Il a dit qu'il n'avait plus jamais entendu parler de son équipe juridique

S'il perd sa bataille, il devra purger une peine dans la prison notoirement difficile d'Heraklion, en Crète.

S'il perd sa bataille, il devra purger une peine dans la prison notoirement difficile d'Heraklion en Crète.

Une porte-parole de la police de Surrey a déclaré: «Nous avons reçu un rapport sur un cambriolage lors d’une allocution à Dorking High Street le 9 novembre.

«Des enquêtes ultérieures ont révélé que la personne qui avait signalé le cambriolage était recherchée en vertu d’un mandat d’arrêt européen pour une infraction en Grèce.

«Il a été arrêté et emmené au poste de police de Staines pour être traité par la National Crime Agency. Des enquêtes sur le cambriolage sont en cours. »

ansappellecambriolaged39uneextraditionfaitgrechommel39objetmaintenantpolicequiquotcrimequotsuiteSurrey
Comments (0)
Add Comment