Skip to content

Un homme dégagé d'avoir agressé deux policiers en utilisant un porte-voix trop près de leurs oreilles

jecah Peart QC, en défense, a déclaré que ce serait «de la violence envers la langue anglaise» de dire que l'utilisation d'un mégaphone était une application de la force.

"Il n'y a pas eu d'actus reus, un acte coupable, car parler par mégaphone ne peut pas et ne constitue pas un recours à la force.

"Ce qu'il faisait pour s'adresser aux manifestants était, étant donné les circonstances, tout à fait approprié."

Les jurés avaient déjà entendu M. Farrar, de Seymour Road, Bordon, Hampshire, avoir utilisé le mégaphone auparavant lors des manifestations hebdomadaires qui comportaient généralement des tambours, des klaxons, des sifflets et des vuvuzelas, ainsi que d'autres mégaphones.

M. Peart a déclaré: "En tant qu'organisateur de la manifestation, comment aurait-il pu se faire entendre s'il n'avait pas profité d'équipements tels que le haut-parleur?

"Rien n'indique que M. Farrar aurait dû apprécier qu'en utilisant ce haut-parleur comme il l'avait fait à de nombreuses reprises auparavant, quiconque allait souffrir d'inconfort au-delà de la façon dont il allait souffrir d'avoir été dans cette foule en tout un événement."

Il a ajouté: "La preuve que l'un ou l'autre de ces policiers a éprouvé le malaise qu'ils ont fait uniquement sur la base de ce que M. Farrar a fait plutôt que d'être coincé dans la manifestation pendant quelques heures n'est pas facile à voir."

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *