Un homme de McHenry plaide non coupable d’avoir secoué un enfant, provoquant une hémorragie cérébrale et des ecchymoses – Shaw Local

Vendredi, un homme de McHenry, âgé de 24 ans, a plaidé non coupable à une accusation de crime, alléguant qu’il avait “rebondi et secoué” un enfant de moins de 13 ans, ce qui avait provoqué chez l’enfant un saignement cérébral et des ecchymoses.

DeShawn M. Wilson, du pâté de maisons 4000 de Parkway Ave., est accusé de batterie aggravée, un crime de classe X. S’il est reconnu coupable, il encourt entre 10 et 30 ans de prison. S’il est jugé éligible à une peine de longue durée, il pourrait encourir jusqu’à 60 ans, a déclaré le juge du comté de McHenry, Michael Coppedge, lors de la mise en accusation de vendredi.

L’accusation allègue que le 17 juillet ou vers cette date, il a commis des coups et blessures qui ont causé “des lésions corporelles graves ou une invalidité permanente” à l’enfant, selon les documents d’accusation déposés au palais de justice du comté de McHenry.

DeShawn a été arrêté le 19 juillet et placé en garde à vue à la prison du comté de McHenry. Sa caution était initialement fixée à 100 000 $ et comprenait une ordonnance permanente de non-contact avec la mère de l’enfant.

Cependant, dans une requête visant à augmenter la caution de Wilson, déposée le 20 juillet, le procureur adjoint de l’État, Tyler Mikan, a écrit que Wilson avait « contacté à plusieurs reprises la mère » à l’hôpital où l’enfant « recevait des soins » à l’époque. Il s’agissait d’une violation de son lien qui “provoquait une grande détresse à la famille de la victime”. La motion de Mikan demandait que la caution de Wilson soit augmentée et que ses privilèges téléphoniques soient révoqués. La demande d’augmentation de la caution a été rejetée, mais les privilèges téléphoniques de Wilson ont été révoqués, selon un document judiciaire daté du 22 juillet.

Coppedge a ordonné que si Wilson était libéré sous caution, il lui serait interdit de s’approcher à moins de 1 000 pieds de l’adresse de la victime et serait équipé d’un système de suivi GPS. Il lui a également été interdit d’avoir des contacts avec un mineur de moins de 18 ans à moins d’être supervisé par un adulte de 35 ans ou plus, selon un document judiciaire. Il devrait déposer 10 %, soit 10 000 $, de sa caution de 100 000 $ pour être libéré.

Il doit revenir devant le tribunal le 23 septembre.