Un groupe a refusé de quitter l’église d’Ottawa après un avis d’expulsion

Des membres d’un groupe affilié à Freedom Convoy restent dans une église d’Ottawa un jour après que le propriétaire de la propriété historique a déménagé pour les expulser en raison d’un loyer impayé.

L’huissier qui a émis l’avis d’expulsion sur les portes de l’église St. Brigid dans la Basse-Ville a déclaré à CTV News Ottawa que les personnes qui refusent de quitter l’église sont « accroupies » et doivent partir. Mais ceux qui étaient encore à l’église sont restés provocants vendredi après-midi.

“Ils n’ont aucune autorité légale pour nous demander de partir, c’est ce que nous comprenons et cela a été confirmé par notre équipe juridique”, a déclaré William Komer du Peuple uni du Canada aux journalistes devant l’église. “Nous n’allons pas quitter cette propriété tant que nous avons un bail légal actif dessus.”

Jeudi, un huissier de Cease Huissier Services a remis à l’église St. Brigid’s sur la rue St. Patrick un avis d'”Avis de résiliation du locataire”, indiquant que le propriétaire avait mis fin à l’occupation du Peuple uni du Canada en vertu de la Loi sur la location commerciale.

L’avis indique que le propriétaire a résilié le bail, à compter du mercredi 17 août 2022, en raison « d’arriérés de paiement de loyer d’un montant de 10 000 $ » et « de défaut de fournir une preuve d’assurance responsabilité d’au moins 5 millions de dollars. .” Un autre avis sur la porte indique que les locataires ont enfreint la Loi sur le patrimoine de l’Ontario et n’ont pas obtenu les permis nécessaires pour la construction en vertu de la Loi sur le code du bâtiment de l’Ontario.

“Notre bail est actif, il n’a pas été résilié”, a déclaré Komer, insistant sur le fait que le bail du peuple uni du Canada pour l’église comporte une période de préavis de résiliation.

Dave de Cesser les services d’huissier était à l’église vendredi, tandis qu’un agent des règlements municipaux d’Ottawa émettait des contraventions pour des infractions de stationnement le long de la rue Saint-Patrick. Les serrures ont été changées sur le bâtiment du presbytère d’art et le garage sur la propriété adjacente, qui appartient au même propriétaire de l’église.

L’église historique d’Ottawa est à vendre depuis plus d’un an, au prix demandé de 5,9 millions de dollars.

Lorsque Jeremie Charron de CTV News Ottawa a demandé à Komer si le Peuple uni du Canada était en mesure de montrer une preuve de paiement du loyer, Komer a répondu : « Nous avons fourni les documents appropriés à la police et ils mènent une enquête en ce moment.

Jeudi, le peuple uni du Canada a déclaré que la tentative d’« expulsion illégale » du groupe de l’église historique était en représailles à des plaintes.

Vendredi, Komer a insisté sur le fait que le groupe était toujours en train d’acheter l’église St. Brigid.

“Les propriétaires ont tenté de ne plus faire affaire avec nous en violation du Code des droits de la personne de l’Ontario”, a déclaré Komer. “Nous avons donc soulevé une préoccupation en vertu du Code des droits de la personne de l’Ontario et strictement après que nous avons été frauduleusement tentés d’être expulsés ici. Ils ne veulent pas faire affaire avec nous parce que nous avons soulevé des préoccupations en matière de droits de la personne, selon notre compréhension. “

Komer a déclaré qu’il y avait “beaucoup de discrimination dans le quartier”, faisant référence au refus des habitants de la Basse-Ville.

“Nous avons des gens qui disent:” St. Brigid’s est pour la communauté, pas pour le convoi “ou des choses comme ça. Nous ne sommes pas du tout affiliés au Freedom Convoy, mais il y a des personnes qui ont participé au Freedom Convoy qui viennent ici et assistent à des événements, faire du bénévolat et ce genre de choses, ainsi que tout le monde dans la communauté est le bienvenu.

“Parce que nous avons tenu bon pour que tout le monde soit le bienvenu ici, nous avons l’impression d’avoir fait l’objet de beaucoup de discrimination. En fait, les gens viennent ici de manière hostile envers nous.”

En juillet, le peuple uni du Canada a emménagé dans l’église St. Brigid sur la rue St. Patrick, disant qu’il prévoyait d’acheter l’église pour son « ambassade ». Des banderoles rouges étaient accrochées à la façade de l’église.

Le plus grand bailleur de fonds du groupe est Tony Cuzzocrea, président de Planmar Financial Corp. basée à London, en Ontario.


Avec des fichiers de Jérémie Charron de CTV News Ottawa