Skip to content

HONG KONG (Reuters) – Un étudiant d'une université de Hong Kong, tombé au cours d'une manifestation ce week-end, est décédé tôt vendredi matin, marquant la première mort d'étudiants lors des manifestations anti-gouvernementales qui ont déferlé sur la ville et ouvert la voie à de nouveaux troubles.

Un étudiant de Hong Kong qui est tombé lors d'une manifestation meurt, de nouveaux troubles sont susceptibles de se produire

Le personnel médical se promène devant l'unité de soins intensifs de l'hôpital Queen Elizabeth qui a soigné l'étudiant universitaire tombé lors d'une manifestation à Hong Kong, Chine le 8 novembre 2019. REUTERS / Thomas Peter

Les autorités hospitalières ont confirmé que Chow Tsz-lok, 22 ans, étudiant de premier cycle à l'Université des sciences et de la technologie de Hong Kong, était décédé des suites de ses blessures.

La mort de Chow devrait déclencher de nouvelles manifestations et alimenter la colère et le ressentiment contre la police, qui fait déjà l’objet de pressions énormes alors que la ville est accusée de force excessive alors que la ville est aux prises avec sa pire crise politique depuis des décennies.

Les manifestants avaient envahi l’hôpital cette semaine pour prier pour Chow, laissant des fleurs et des centaines de messages de bonne santé sur les murs et les panneaux d’affichage à l’intérieur du bâtiment. Les étudiants ont également organisé des rassemblements dans des universités de l'ancienne colonie britannique.

«Réveille-toi bientôt. Rappelez-vous que nous devons nous réunir dans le cadre du LegCo », a déclaré un message faisant référence au Conseil législatif du territoire, l’une des cibles des rassemblements de protestation. "Il y a encore beaucoup de choses à vivre dans votre vie."

Une autre lecture disait: «S'il vous plaît, ajoutez de l'huile et restez en bonne santé», un slogan signifiant «Garde ta force» qui est devenu un cri de ralliement du mouvement de protestation.

Les étudiants et les jeunes sont au premier rang des centaines de milliers de personnes qui sont descendues dans la rue depuis juin pour faire pression en faveur d'une plus grande démocratie, notamment, et pour se mobiliser contre la soi-disant ingérence chinoise dans le centre financier asiatique.

Les circonstances dans lesquelles Chow a reçu ses blessures n'étaient pas claires, mais la police a déclaré qu'il serait tombé d'un étage à l'autre sur un parking au cours d'opérations de dispersion de la foule organisées dans la nuit du week-end dans un district à l'est de la péninsule de Kowloon.

Les manifestations, déclenchées par un projet de loi d'extradition visant à renvoyer les personnes en Chine continentale pour y être jugées, se sont transformées en un appel plus large à la démocratie, posant l'un des plus grands défis du président chinois Xi Jinping depuis sa prise de fonction en 2012.

Les manifestants ont jeté des bombes d'essence et vandalisé des banques, des magasins et des stations de métro, tandis que la police a tiré des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes, des canons à eau et, dans certains cas, des balles réelles dans des scènes de chaos.

En juin, Marco Leung, âgé de 35 ans, était décédé des suites d’un échafaudage après avoir déployé des banderoles contre le projet de loi sur l’extradition. Plusieurs jeunes qui se sont suicidé au cours des derniers mois ont été associés aux manifestations.

RALLYES FRAIS

Des annonces ont été diffusées sur les médias sociaux avant le décès de M. Chow, indiquant que les étudiants avaient planifié une marche vendredi à l’Université des sciences et de la technologie de Hong Kong. D'autres ont appelé les gens à se rassembler à 12h00 GMT sur le site de la chute de Chow.

Des écoles prévoient également un rassemblement dans le district de Kwun Tong, dans l'est du pays, ont annoncé des manifestants.

Les manifestations prévues ce week-end incluent le «dimanche du shopping», centré sur de grands centres commerciaux, dont certains ont sombré dans le chaos lorsque la police anti-émeute a pris d'assaut des zones peuplées de familles et d'enfants.

Un étudiant de Hong Kong qui est tombé lors d'une manifestation meurt, de nouveaux troubles sont susceptibles de se produire
Diaporama (2 Images)

Le week-end dernier, des manifestants anti-gouvernementaux ont envahi une galerie marchande lors d'affrontements avec la police. Un homme a été frappé à coups de couteau par un homme et a mordu une partie de l'oreille d'un homme politique local.

Hong Kong est revenu à la domination chinoise en 1997 selon une formule «un pays, deux systèmes», lui permettant de jouir des libertés coloniales non jouées sur le continent, y compris un pouvoir judiciaire indépendant et le droit de manifester.

La Chine nie s'immiscer à Hong Kong et a blâmé les pays occidentaux pour avoir provoqué des troubles.

Reportage par Jessie Pang, Clare Jim, Félix Tam et Anne Marie Roantree, Écriture par Farah Master; Édité par Raju Gopalakrishnan

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *