La travailleuse a déclaré que l’entreprise avait tenté de riposter contre son activisme opposé à un accord avec l’armée israélienne, tandis que des collègues ont affirmé que l’entreprise avait un parti pris anti-palestinien.