Skip to content

Un plan de bataille sur le Brexit qui a fait l'objet d'une fuite montre que des députés soutenant le renfort de la défense envisagent de renverser Boris Johnson dans les semaines précédant le 31 octobre, puis de faire adopter des lois pour empêcher la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne sans un accord.

Le document de stratégie révèle que les députés veulent frapper le premier ministre d'un vote de censure avant l'échéance de Halloween si aucun accord ne semble probable.

Ils utiliseront ensuite un délai de 14 jours, prévu par la loi et censé permettre à un nouveau gouvernement de se former, de prendre le contrôle de la Chambre des communes.

Ils utiliseraient le temps nécessaire pour adopter une législation obligeant M. Johnson, qui deviendrait alors un premier ministre de canard boiteux, à demander à Bruxelles un délai supplémentaire au Brexit.

Une élection générale ou un deuxième référendum suivrait ensuite afin de sortir de l'impasse du Brexit.

Jeremy Corbyn a demandé aux députés travaillistes d'annuler tous leurs projets de voyage au début du mois de septembre, dans l'attente d'une tentative de confiance sans confiance contre M. Johnson.

La procédure autorisant les députés à manquer des votes, connue sous le nom de "glissade", sera également suspendue par le parti travailliste pour donner à l'opposition la meilleure chance possible de remporter le vote, selon des informations rapportées.

Un document divulgué révèle le projet des rebelles de forcer Boris Johnson à demander une prolongation de la 11e heure du Brexit

Boris Johnson sera presque certainement confronté à un vote de censure avant le 31 octobre, mais des questions subsistent quant au moment exact où le vote pourrait avoir lieu.

Un document divulgué révèle le projet des rebelles de forcer Boris Johnson à demander une prolongation de la 11e heure du Brexit

Jeremy Corbyn a longtemps insisté sur le fait qu'il chercherait à obtenir un vote de censure quand il pensait avoir les meilleures chances de succès, compte tenu des informations qu'il aurait données aux députés travaillistes qui devaient se trouver à Westminster début septembre.

M. Johnson fait face à une rébellion croissante contre son engagement de "faire ou de mourir" de sortir le Royaume-Uni de l'UE avec ou sans accord le 31 octobre.

Les Communes sont en congé jusqu'au 3 septembre, mais les députés europhiles profitent de la pause estivale pour élaborer des plans destinés à bloquer le Premier ministre s’il poursuit une scission désordonnée de l’UE.

Une telle issue semble de plus en plus probable avec le refus de l'UE de bouger sur le dossier critique de la sécurité de la frontière irlandaise qui, selon M. Johnson, doit être supprimé pour qu'il puisse accepter un accord révisé.

Un document de stratégie divulgué, obtenu par le Times et qui aurait été distribué aux travailleurs et aux députés conservateurs conservateurs, suggère que les rebelles veulent un vote de censure dans les semaines précédant le 31 octobre.

En supposant que M. Johnson perde ce vote, les députés tenteront alors de prendre en main le processus du Brexit en adoptant une loi obligeant le Premier ministre à demander aux dirigeants de l'UE, lors d'un sommet programmé le 17 octobre, de convenir d'un nouveau délai pour le Brexit et de mettre fin au programme No Deal.

Les députés veulent profiter d'une disposition de la loi sur les parlements à durée déterminée qui stipule qu'après un vote de censure réussi, un nouveau gouvernement dispose d'un délai de 14 jours pour se former.

Mais plutôt que d'essayer de former un autre gouvernement, les députés utiliseraient plutôt ce temps pour bloquer une division chaotique de Bruxelles.

Si aucun gouvernement ne peut obtenir la majorité à la Chambre des communes à la fin de ces deux semaines, des élections générales seraient automatiquement déclenchées.

Comment fonctionne la Loi sur les parlements à durée déterminée?

En vertu de la loi sur les parlements à durée déterminée, le Royaume-Uni n'est censé organiser des élections générales que tous les cinq ans.

Cela signifie que la prochaine réunion devrait avoir lieu en 2022 après la décision de Theresa May de se rendre dans le pays au début de 2017.

Mais le chaos du Brexit signifie que beaucoup à Westminster croient qu'un sondage instantané est imminent.

Une élection anticipée peut être déclenchée de deux manières.

Le premier serait que le premier ministre déclenche des élections puis demande aux députés de voter pour la tenue de celle-ci.

Le PM aurait besoin de l'appui des deux tiers des députés.

La seconde, et plus vraisemblablement dans les circonstances actuelles, est que le Premier ministre perde un vote de censure à la Chambre des communes.

Un tel vote est généralement déposé par le chef de l’opposition et est gagné ou perdu à la majorité simple.

Si M. Johnson était vaincu, les députés disposeraient alors de 14 jours pour essayer de former un nouveau gouvernement et la convention l’indiquerait, il devrait alors démissionner.

Une élection serait automatiquement déclenchée si aucun nouveau gouvernement ne pouvait être formé au cours de cette période de deux semaines.

L'UE a déjà déclaré qu'elle serait disposée à différer le Brexit pour une "bonne raison", comme une élection générale ou un deuxième référendum.

Le document Reste dit: "Dans les circonstances où le gouvernement est renversé par un vote de confiance, le délai de 14 jours qui suit doit être utilisé pour empêcher un premier ministre de nous écraser sans aucun accord."

Ce plan est considéré comme l'un des nombreux projets en cours d'examen par les députés conservateurs qui cherchent désespérément à mettre un terme au Brexit No Deal.

Un vote de censure contre le nouveau gouvernement de M. Johnson avant le 31 octobre apparaît maintenant comme une certitude.

Cependant, les rebelles ont des points de vue divergents sur le meilleur moment pour tenir le vote.

M. Corbyn, qui, en tant que chef de l'opposition, est le mieux placé pour demander au président de la Chambre des communes de permettre la tenue d'un vote de censure, pourrait viser une division au début de septembre.

Le leader travailliste aurait dit aux députés travaillistes qu'ils devaient être à Westminster dans les deux premières semaines du mois prochain, selon The Telegraph.

Une telle directive semble suggérer que M. Corbyn envisage d’appuyer sur le «bouton nucléaire» pour tenter d’évincer M. Johnson en quelques semaines.

M. Corbyn a longtemps affirmé qu'il demanderait un vote s'il estimait avoir les meilleures chances de le gagner.

Cela a été fait après que Caroline Lucas, la députée verte, ait été ridiculisée après son appel dramatique à un gouvernement composé exclusivement de femmes pour prendre les rênes du pouvoir, mettre fin à un Brexit sans issue et organiser un deuxième référendum.

Faisant valoir que "les femmes ont montré qu'elles pouvaient apporter une perspective différente aux crises", Mme Lucas a déclaré que les militantes de campagne avaient initié à la fois le processus de paix en Irlande du Nord et l'accord de Paris sur le climat.

L'appel aux armes de Mme Lucas a été envoyé sous forme de lettre aux dirigeants politiques du parti travailliste, des conservateurs, des libéraux démocrates, du SNP et de Plaid Cymru.

Mais sa proposition a été vivement critiquée des deux côtés du clivage politique: le député conservateur James Cleverly et la députée travailliste Diane Abbott ont rejeté l'idée.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *