Dernières Nouvelles | News 24

Un député allemand reconnu coupable d’avoir utilisé un slogan nazi interdit — RT World News

Bjoern Hoecke a été condamné à payer une amende pour avoir dit « tout pour l’Allemagne » dans un discours

Un dirigeant du parti de droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) a été condamné par un tribunal pour avoir sciemment utilisé un slogan illégal popularisé par les stormtroopers de la Sturmabteilung (SA) à l’époque nazie du pays.

Le tribunal d’État de Halle, dans l’est de l’Allemagne, a déclaré mardi coupable le co-dirigeant de l’AfD, Bjoern Hoecke, et l’a condamné à une amende de 13 000 euros (14 000 dollars). Il n’a pas été condamné à une peine de prison qui aurait pu l’empêcher de se présenter aux élections de cette année au poste de gouverneur du Land de Thuringe en Allemagne.

L’affaire découle d’un discours de campagne de mai 2021 dans lequel Hoecke a utilisé l’expression « Alles für Deutschland » signification « Tout pour l’Allemagne. » L’ancien slogan des SA fait partie des divers symboles du passé nazi du pays qui ont été rendus illégaux dans l’Allemagne d’aujourd’hui.





Hoecke, un ancien professeur d’histoire au lycée, a déclaré au tribunal qu’il était « complètement innocent » et que la phrase offensante était un « Dicton de tous les jours. » Il a affirmé qu’il n’était pas au courant de l’origine nazie du slogan.

Les procureurs ont soutenu que Hoecke avait « stratégiquement et systématiquement » a utilisé le vocabulaire nazi au cours de sa carrière politique. Le juge Jan Stengel aurait déclaré à Hoecke : « Vous êtes un homme éloquent et intelligent qui sait ce qu’il dit. »

La Thuringe est l’un des trois Länder de l’Est de l’Allemagne où l’AfD est le principal parti politique selon les sondages. Hoecke, 52 ans, dirige la section de Thuringe du parti depuis sa création en 2013. Il pourrait faire appel du verdict du tribunal.

« Si ce verdict est maintenu, la liberté d’expression sera morte en Allemagne. » Hoecke a déclaré mardi dans un poste sur X (anciennement Twitter). « La capacité d’exprimer sa dissidence est menacée. » Hoecke a soutenu que l’Allemagne est « à l’avant-garde de la persécution des opposants politiques et de la répression de la liberté d’expression ».

EN SAVOIR PLUS:
Le parti allemand discipline un député régional suite à sa visite à Moscou

L’opération Thuringe de l’AfD fait partie des trois branches du parti placées sous surveillance et désignées par les services de renseignement intérieurs allemands comme une branche du parti. « groupe d’extrême droite avéré ». L’agence a également qualifié l’ensemble du parti de « soupçonné » organisation extrémiste.

Un tribunal régional a rejeté lundi l’appel de l’AfD contre cette décision, affirmant qu’il existe de nombreuses preuves suggérant que le parti « poursuit des objectifs qui vont à l’encontre de la dignité humaine de certains groupes et de la démocratie. » L’AfD a accusé Berlin de saper la démocratie en exploitant les désignations extrémistes pour discréditer un parti favorisé par une grande partie des électeurs allemands.

EN SAVOIR PLUS:
« Cela ne peut pas être plus absurde ! » Un Allemand qui aimait un post satirique narguant Hitler scruté par la police

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source