Un consultant en ressources humaines qui affirme que les patrons ont ignoré l’intimidation sur un site nucléaire veut une indemnisation de 1,17 million de livres sterling

UNE consultante en ressources humaines qui prétend qu’aucune mesure n’a été prise après avoir découvert des brimades sur un site nucléaire veut une indemnisation de 1,17 million de livres sterling.

Alison McDermott, 56 ans, a déclaré que son contrat avec Sellafield avait été résilié en octobre 2018 après avoir signalé des allégations d’abus homophobes « ignobles » et de harcèlement sexuel.

La consultante en ressources humaines veut 1,7 million de livres sterling d’indemnisation après avoir affirmé que les patrons de la centrale nucléaire de Sellafield avaient ignoré les allégations d’intimidationCrédit : Getty Images – Getty

Sa réclamation équivaut à 56 000 £ pour chacun des 21 jours qu’elle a passés sur le site de Cumbria, contrôlé par la Nuclear Decommissioning Authority.

James Arnold, pour l’entreprise de Mme McDermott Interim Diversity of Ilkley, West Yorks, a déclaré à un tribunal du travail de Leeds: « Elle faisait part de ses inquiétudes, elle a été courageuse de le faire. »

Mais Sellafield et sa responsable des ressources humaines, Heather Roberts, ont déclaré que l’accord avait pris fin car le travail de Mme McDermott sur l’égalité, la diversité et l’inclusion était « imparfait ».

Deshpal Panesar QC, représentant Sellafield et Mme Roberts, a déclaré: « Même avant que sa demande ne soit déposée, la demanderesse a demandé un règlement de plusieurs millions de livres à la NDA. »

Il a déclaré à l’audience de Leeds que Mme McDermott était « préparée à ruiner » la carrière de ceux avec qui elle avait travaillé.

Un jugement suivra.

« Danger imminent » en tant que centrale électrique chinoise « FUITE DE RAYONNEMENT mais Pékin essaie de le dissimuler

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.