Skip to content

Le Public Investment Fund (PIF) d’Arabie saoudite faisait partie d’un accord tripartite mené par PCP Capital Partners, une société de capital-risque et de capital-investissement fondée et dirigée par la femme d’affaires britannique Amanda Staveley et la société immobilière Reuben Brothers, qui souhaitait acheter le club de l’homme d’affaires anglais Mike Ashley.

« Avec une profonde reconnaissance pour la communauté de Newcastle et l’importance de son club de football, nous avons pris la décision de retirer notre intérêt pour l’acquisition du Newcastle United Football Club », a déclaré le consortium dans un communiqué jeudi.

« Nous le faisons avec regret, car nous étions enthousiasmés et pleinement engagés à investir dans la grande ville de Newcastle et pensons que nous aurions pu ramener le club à la position de son histoire, de sa tradition et du mérite de ses fans.

« Malheureusement, le processus prolongé dans les circonstances actuelles, associé à l’incertitude mondiale, a rendu l’investissement potentiel plus viable sur le plan commercial. »

LIRE: Comment les propriétaires milliardaires ont changé le football européen

Le conseil d’administration de la Premier League évaluait l’offre depuis plusieurs mois depuis sa soumission en avril.

Avant qu’une prise de contrôle ne soit effectuée, toute offre réussie doit passer le test des propriétaires et des administrateurs du football anglais, qui évalue la pertinence des groupes de propriété.

Le consortium a ajouté que la situation avait été compliquée par un manque de clarté résultant de la pandémie actuelle de Covid-19.

«Comme cela se produit souvent avec les investissements proposés dans des périodes incertaines, le temps lui-même est devenu un ennemi de la transaction, en particulier pendant cette phase difficile marquée par les nombreux défis réels auxquels nous sommes tous confrontés depuis Covid-19», poursuit le communiqué.

« Nous ressentons une grande compassion pour les fans de Newcastle United avec qui nous avons partagé un grand engagement pour aider Newcastle United à exploiter son énorme potentiel et à tirer parti de son héritage impressionnant et historique tout en travaillant en étroite collaboration avec la communauté locale. »

Un consortium soutenu par l’Arabie saoudite se retire de l’offre d’achat de Newcastle United
LIRE: Le Royaume de Bahreïn rachète une participation dans le club français du Paris FC

Le rachat proposé avait suscité une vive opposition de la part des groupes de défense des droits de l’homme, entre autres.

Amnesty International avait fait valoir que l’intérêt de l’Arabie saoudite pour Newcastle était une forme de « lavage de sport » et « un outil de relations publiques pour détourner l’attention du bilan épouvantable du pays en matière de droits humains », tandis que Hatice Cengiz, la fiancée du défunt journaliste Jamal Khashoggi, a déclaré que la prise de contrôle  » tache « la Premier League.
Le géant des médias basé au Qatar, beIN Media Group, a également exprimé ses inquiétudes quant au rôle présumé de l’Arabie saoudite dans la diffusion illégale de matchs de football, écrivant à la Premier League au sujet du « rôle direct » que l’Arabie saoudite aurait joué dans le « lancement, la promotion et l’opération » d’un pirate. service de streaming.

Mais pour de nombreux fans de Newcastle, la nouvelle du rachat proposé était la bienvenue.

Après 13 ans sous la propriété de Mike Ashley, l’homme d’affaires britannique qui dirige la marque de vente au détail Sports Direct, le sentiment est que le club manque d’investissements depuis trop longtemps.

Cela explique peut-être pourquoi une enquête du Newcastle United Supporters Trust en avril a révélé que 96,7% des plus de 3397 fans interrogés étaient en faveur de la reprise.

Les injections d’argent des propriétaires du Moyen-Orient n’ont rien de nouveau pour le football; Manchester City a remporté quatre titres de Premier League après avoir été rachetés par le groupe Abu Dhabi United en 2008, tandis que le Paris Saint-Germain a réuni l’une des meilleures équipes d’Europe sous la propriété du fonds souverain Qatar Sports Investments.

Plus tôt cette semaine, le Royaume de Bahreïn a acheté une participation de 20% dans l’équipe française du Paris FC, reflet récent de l’influence croissante du Moyen-Orient dans le football européen.

Pour Newcastle, qui a terminé 13e de la Premier League la saison dernière, la recherche de nouveaux propriétaires se poursuit.