Un centre belge de cybersécurité ne trouve aucune preuve d'espionnage de Huawei – RT World News, malgré les allégations des États-Unis

0 91

Malgré les avertissements répétés et les alarmes de Washington, le centre belge de cybersécurité n'a trouvé aucune preuve que les appareils fournis par le géant des télécommunications chinois Huawei puissent être utilisés à des fins d'espionnage.

L’agence belge a enquêté sur les menaces potentielles de Huawei, mais n’a trouvé aucune preuve « Menace Espionnage » Cette technologie a été fournie par la société qui fournit des équipements de télécommunication aux opérateurs de téléphonie mobile belges Proximus, Orange Belgium et Telenet.

Huawei a été attaqué par Washington ces derniers mois et accusé d'être une menace "sécurité nationale." En particulier, des responsables américains ont déclaré que les réseaux 5G de la société pourraient permettre le cyberespionnage en Chine. Les États-Unis ont même menacé de cesser de partager des informations avec les pays où Huawei pourrait construire l'infrastructure 5G.




Aussi sur rt.com
Merkel à propos de Huawei: l'Allemagne n'exclut pas les fournisseurs de services 5G simplement parce qu'ils viennent de Chine



"Jusqu'à présent, nous n'avons trouvé aucune preuve technique indiquant une menace d'espionnage." Un porte-parole de l'agence belge a annoncé lundi qu'il ne publierait pas encore de rapport final et qu'il le ferait. "Continue à regarder."

Les États-Unis ont déjà interdit aux agences fédérales d'utiliser les produits Huawei dans le cadre de la campagne de pression économique menée par le président Donald Trump contre la Chine. L'interdiction a déclenché un procès intenté par Huawei le réclamant "Arrêtez Huawei de la concurrence loyale" et note que les États-Unis ont "Aucune preuve n'a été présentée à plusieurs reprises" pour justifier ses restrictions sur les produits de la société chinoise.




Aussi sur rt.com
"Chantage dégoûtant": l'ex-chancelier allemand appelle à la menace des Etats-Unis, la Chine n'aide pas



Washington a également exhorté les pays européens à interdire la technologie Huawei de la même manière, bien que la plupart de leurs efforts n'aient pas abouti. En mars, la Commission européenne a ignoré les appels américains à interdire Huawei, mais a invité les États membres à continuer d'évaluer les menaces à la cybersécurité.

Le fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, a sarcastiquement remercié le gouvernement Trump en février d'avoir tant parlé de la prétendue menace, qui devrait finalement aider « Promouvoir » La technologie

Vous aimez cette histoire? Partagez-le avec un ami!

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More