Un avion russe à Toronto Pearson a une énorme facture de stationnement

Un énorme avion russe qui s’est échoué à l’aéroport international Pearson de Toronto en février accumule une facture de stationnement substantielle.

L’avion-cargo russe, appartenant à la compagnie aérienne Volga-Dnepr, est stationné à Toronto depuis le 27 février après que le gouvernement canadien a fermé l’espace aérien aux exploitants d’aéronefs russes.

L’ordonnance interdisant aux exploitants d’aéronefs russes d’accéder à l’espace aérien canadien est toujours en vigueur, ce qui signifie que l’avion n’est toujours pas autorisé à quitter le Canada.

Selon la Greater Toronto Airport Authority (GTAA), qui exploite Toronto Pearson, le propriétaire de l’avion est facturé 74 cents la minute pour se garer.

“Pour vous éviter de faire le calcul, cela revient à 1 065,60 $ pour chaque période de 24 heures”, a déclaré le porte-parole de la GTAA, Ryan White, à CTV News Toronto.

L’avion est stationné à Toronto Pearson depuis 88 jours, ce qui signifie que le propriétaire a accumulé plus de 93 000 $ en frais, taxes non comprises.

White a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter davantage les frais, ni s’ils avaient envoyé une facture à la compagnie aérienne, pour des raisons juridiques.

En février, l’Antonov An-124 est arrivé au Canada en provenance de Chine, via Anchorage et la Russie. L’avion avait prévu de quitter Toronto peu de temps après son arrivée au Canada, mais ce vol a été annulé.

Transports Canada a déclaré que l’avion avait été interdit de départ en raison d’une interdiction des aéronefs appartenant à la Russie dans l’espace aérien canadien.

Dans une déclaration à CTV News Toronto jeudi, Transports Canada a déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’autoriser le départ de l’avion.

“Le NOTAM reste en place et il n’est pas prévu d’apporter des révisions ou de modifier le NOTAM pour le moment”, a déclaré Transports Canada. “Transports Canada a informé les autorités russes du NOTAM que nous avons actuellement en place.”