Un ancien policier français avoue dans une note de suicide être un tueur en série notoire et un violeur d’enfants

Identifié dans les médias comme François Verove, 59 ans, il a été retrouvé mort mercredi dans un appartement loué au Grau-du-Roi, une station balnéaire de la côte méditerranéenne française. Une note trouvée dans l’appartement disait : « J’avoue être un grand criminel qui a commis des actes impardonnables jusqu’à la fin des années 90», selon des informations parues dans des médias français, qui ont déclaré qu’il était décédé d’une overdose de drogue.

Il a été confirmé que les échantillons du test ADN désormais posthume correspondaient à ceux trouvés sur des preuves sur plusieurs anciennes scènes de crime.

Lire la suite





L’Ogre des Ardennes, le tueur en série le plus célèbre de France, décède en prison à 79 ans

Le tueur en série, qui est devenu connu sous le nom de « l’homme grêlé » (« Le Grele ») en raison des souvenirs des témoins de son visage marqué par l’acné, aurait assassiné au moins quatre personnes et commis au moins six viols, avec la plupart des ses victimes étant des filles mineures.

Verove a commis son premier meurtre en 1986 : une fillette de 11 ans a été retrouvée violée, étranglée et poignardée dans le sous-sol de l’immeuble de Fontainebleau où elle vivait avec sa famille. Un étranger qui a été vu par les proches de la jeune fille près du lieu du meurtre et qui est devenu plus tard le principal suspect avait une peau particulièrement tachée. L’année suivante, le corps presque nu d’une jeune fille au pair allemande de 20 ans a été découvert pendu par les bras comme crucifié, tandis qu’une autre victime, un homme de 38 ans, a été retrouvée étranglée à proximité, les bras et les jambes liés. ensemble derrière son dos. Une cigarette trouvée sur les lieux a été récupérée pour analyse.

Les enquêteurs ont par la suite attribué d’autres crimes au tueur en série, notamment le viol et le meurtre de mineurs dans différents arrondissements de Paris, ainsi que l’enlèvement et le viol d’une fillette de 11 ans en 1994.

Pour tromper l’une de ses plus jeunes victimes, l’homme grêlé a présenté sa carte d’identité de la police, ont découvert les enquêteurs. Ils soupçonnaient déjà l’attaquant d’avoir travaillé dans les forces de l’ordre, car il semblait avoir une connaissance approfondie des procédures d’enquête et de la manière d’échapper à la détection. Cela leur a donné une piste précieuse. Avant son suicide, Verove avait été convoqué pour un test ADN, avec environ 800 autres membres de la gendarmerie parisienne au moment des faits. Cependant, la semaine de son rendez-vous prévu, il a disparu.

Dans sa lettre d’aveux, faisant référence à ses penchants criminels, l’ancien policier a écrit qu’il avait «rien fait depuis 1997.  » Il y affirmait que des problèmes d’enfance l’avaient conduit à commettre des violences, mais qu’il avait « apaisé les démons” après avoir rencontré sa femme et engendré ses propres enfants. Aucun détail de ses crimes, de leurs circonstances ni des victimes n’a été mentionné dans la note, selon les rapports, laissant les enquêteurs se demander s’il y avait d’autres personnes qui avaient souffert entre ses mains. Les familles de ses victimes confirmées seraient bouleversées de ne pas voir justice pour leurs proches.

Verove a été dans la cavalerie de la Garde républicaine dans les années 1980 puis a rejoint les rangs de la police à Montpellier. Il aurait également été membre du conseil municipal de Prades-le-Lez, dans le sud de la France.

La recherche du coupable a été la plus longue enquête jamais entreprise par des détectives parisiens, selon les médias locaux. Leurs efforts et leur détermination ont été salués par le parquet qui, fort de leur succès, entend élargir et améliorer le travail de l’unité « affaires froides » récemment lancée par la police française.

« Ce résultat est absolument incroyable», a déclaré l’avocat de l’une des victimes présumées de viol, cité par le journal Le Parisien. « Mon client a toujours cru que Le Grele était encore en vie, alors que moi, en tant que professionnel, j’ai plusieurs fois pensé le contraire. « 

Vous aimez cette histoire ? Partagez le avec un ami!

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments