Ukraine : l’UE va augmenter la production d’armes et envisage la formation de l’armée

PRAGUE-

Les ministres de l’Union européenne ont débattu mardi des moyens d’augmenter la production d’armes, de renforcer la formation militaire des forces armées ukrainiennes et d’imposer des coûts plus lourds à la Russie, sans fin en vue d’une guerre qui dure depuis février.

“Nous épuisons nos stocks. Nous fournissons tellement de capacités à l’Ukraine que nous devons reconstituer nos stocks”, a déclaré le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, aux journalistes dans la capitale tchèque, Prague, où il préside deux jours de pourparlers entre les ministres de la défense et des affaires étrangères.

L’objectif des ministres de la défense est de trouver la meilleure façon de mettre en commun le matériel et les ressources militaires, mais aussi d’acheter en gros des munitions et des armes comme les systèmes de défense aérienne dont l’Ukraine continue d’avoir besoin.

Ils discuteront également du rôle que le bloc des 27 nations pourrait jouer dans la formation de nouvelles recrues ukrainiennes sur le sol européen, alors que les pertes augmentent et épuisent l’armée de soldats expérimentés tandis que les officiers qui pourraient normalement fournir une formation sont liés au combat.

Plusieurs pays proposent déjà une formation militaire sur une base bilatérale, mais certains estiment qu’il est important de mettre le poids combiné de l’UE derrière cet effort. Les Pays-Bas ont souligné la nouvelle formation en déminage qu’ils proposent avec l’Allemagne.

“Ce serait bien de mettre cela sur une base plus structurée et de veiller à ce que l’UE le fasse collectivement d’une manière structurée et organisée qui puisse durer un certain temps”, a déclaré le ministre irlandais des Affaires étrangères Simon Coveney, qui est également responsable de portefeuille de la défense de son pays.

D’autres pensent que cela pourrait être trop lourd.

“Ce n’est peut-être pas le moyen le plus rapide. Je ne suis pas si convaincu”, a déclaré le ministre luxembourgeois de la Défense, François Bausch. L’Autriche était également cool sur l’idée.

Plus tard mardi, les ministres des Affaires étrangères discuteront de l’opportunité d’imposer de nouvelles restrictions de visa aux Russes, dans le but d’accroître la pression sur le président Vladimir Poutine alors que la guerre qu’il a lancée il y a six mois inflige de lourds coûts économiques aux économies européennes et mondiales.