Skip to content
Uber face au défi fiscal britannique

FILE PHOTO: L'application Uber est vue sur un téléphone portable à Londres, le 14 septembre 2018. REUTERS / Hannah McKay

LONDRES (Reuters) – Uber Technologies Inc (UBER.N) indique que le Royaume-Uni cherche à classer la société en tant que fournisseur de services de transport, ce qui l’ouvrirait potentiellement à de nouvelles charges fiscales qui pourraient peser lourd sur ses activités, selon les comptes rendus publiés par le Royaume-Uni ces derniers jours.

Il s’agit du dernier casse-tête de la société américaine spécialisée dans le télésiège, qui est également confrontée à des problèmes de réglementation à Londres, l’un de ses principaux marchés.

Selon Uber, des frais de réservation bruts – le montant que les passagers doivent payer – ou des frais de service facturés aux conducteurs, pourraient être facturés à 20% de TVA, généralement entre 20 et 30% du tarif.

La taxe pourrait nuire aux marges d’Uber ou l’obliger à augmenter ses tarifs, ce qui la rendrait moins compétitive par rapport à ses concurrents, qui se sont déjà plaints du non-paiement de la TVA par Uber.

Uber a déclaré que les accusations pourraient s'appliquer "à la fois de manière rétroactive et prospective", risquant ainsi de générer une créance fiscale qui pourrait atteindre des centaines de millions de livres.

Uber a déclaré qu’il estimait que la position du ministère des Finances et des Douanes de Sa Majesté (HMRC) "dans des litiges et des audits similaires est sans fondement" et se défend vigoureusement.

À l'heure actuelle, Uber est structuré de manière à exporter, à des fins fiscales, des services numériques aux conducteurs basés au Royaume-Uni à partir d'une filiale néerlandaise, Uber BV. À l'avenir, HMRC pourrait considérer que son activité au Royaume-Uni est un fournisseur de service de transport, l'exposant ainsi à la TVA.

Le mois dernier, Uber n’a reçu qu’une licence d’exploitation pour Londres d’une durée de deux mois, sans pouvoir obtenir une durée maximale de cinq ans dans une bataille avec le régulateur, qui avait auparavant privé la société de son droit de conduire.

Reportage de Tom Bergin; Édité par David Goodman et Kirsten Donovan

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *