Actualité culturelle | News 24

Turkiye remet en question les engagements de la Suède dans l’OTAN

Ankara a accusé Stockholm d’avoir autorisé un “crime de haine pur et simple” en violation d’un accord d’adhésion à l’OTAN

La Turquie a accusé la Suède de ne pas remplir ses obligations de réprimer “terroriste” groupes et extirper leurs “la propagande” en vertu d’un accord qu’il avait signé afin d’obtenir la bénédiction d’Ankara pour rejoindre l’OTAN. La dernière dispute diplomatique survient après qu’un militant anti-islam a été autorisé à brûler samedi un exemplaire du Coran près de l’ambassade de Turquie à Stockholm.

“Nous condamnons dans les termes les plus forts possibles l’ignoble attaque contre notre livre saint”, a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué. “Autoriser cet acte anti-islam, qui cible les musulmans et insulte nos valeurs sacrées, sous le couvert de la ‘liberté d’expression’ est totalement inacceptable.”

L’activiste anti-islam Rasmus Paludan, un avocat dano-suédois qui dirige le parti de droite « Stram Kurs » (Hard Line) au Danemark, a incendié un exemplaire du livre saint lors d’un petit rassemblement à Stockholm plus tôt samedi, avec un autorisation et sous forte protection policière, alors même que les autorités tentaient de se distancer de la cascade provocatrice.

Lire la suite

La Turquie qualifie le candidat de l’OTAN de “centre de propagande terroriste”

Le ministre suédois des Affaires étrangères, Tobias Billstrom, a déclaré que son pays avait un “une liberté d’expression étendue, mais cela n’implique pas que le gouvernement suédois, ou moi-même, soutienne les opinions exprimées.”

Dans un communiqué séparé, le ministère turc des Affaires étrangères a dénoncé la manifestation comme “une violation flagrante de l’engagement de la Suède en vertu du mémorandum trilatéral concernant la prévention de la propagande des organisations terroristes”, soulignant que « Déclarer être lié par les engagements… et les respecter sont deux choses différentes.

Le principal attaché de presse du président Recep Tayyip Erdogan, Fahrettin Altun, a ajouté que “Les autorités suédoises doivent prendre conscience de la réalité de l’intention des groupes terroristes d’empêcher l’adhésion de la Suède à l’OTAN en empoisonnant leurs relations avec nous.”

Lire la suite

PHOTO DE DOSSIER: Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar prend la parole lors d'un événement à Ankara, Türkiye.
La Turquie annule la visite du ministre de la Défense de l’espoir de l’OTAN

En juin de l’année dernière, la Suède et la Finlande ont signé un accord tripartite avec la Turquie destiné à répondre aux préoccupations d’Ankara concernant le soutien au « terrorisme » et les restrictions sur les ventes d’armes. Les deux pays nordiques se sont engagés à dénoncer et à extrader les individus qu’Ankara accuse de terrorisme, à savoir ceux qui seraient liés au Parti des travailleurs kurdes (PKK) interdit et à d’autres groupes.

Actuellement, la Turquie et la Hongrie restent les deux seuls membres du bloc dirigé par les États-Unis à n’avoir pas encore officiellement approuvé la candidature suédoise à l’OTAN. Avant le dernier incident, les liens entre Ankara et Stockholm étaient déjà mis à rude épreuve la semaine dernière, après qu’un groupe de manifestants ait accroché une effigie du président Erdogan sur un pont près de l’hôtel de ville de Stockholm.

La querelle diplomatique a forcé Ankara à annuler la visite prévue le 27 janvier du ministre suédois de la Défense, Pal Jonson, avec son homologue turc, Hulusi Akar, affirmant que “À ce point” la réunion “est devenu ni important, ni significatif.”

Articles similaires