Dernières Nouvelles | News 24

Tsahal prend le contrôle de la route clé à la frontière entre Gaza et l’Égypte, localisant au moins 20 tunnels

L’armée israélienne a annoncé mercredi qu’elle avait établi un « contrôle opérationnel » sur l’ensemble de la soi-disant route de Philadelphie le long de la frontière entre Gaza et l’Égypte, y découvrant jusqu’à présent des dizaines de lance-roquettes et au moins 20 tunnels de contrebande transfrontalière.

Lors d’une conférence de presse mercredi soir, le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que la bande de terre désormais capturée, qui s’étend sur un total de 14 kilomètres (8,7 miles) tout le long de la frontière entre Gaza et l’Égypte, servait de « pipeline d’oxygène au Hamas ». » pour contrebande d’armes.

Le long du couloir, adjacent à la ville méridionale de Rafah, l’armée israélienne a déclaré avoir localisé jusqu’à présent une vingtaine de tunnels traversant l’Égypte. Le Hamas est connu pour utiliser de tels tunnels pour introduire clandestinement des armes à Gaza, ce que Tsahal estime ne plus pouvoir faire puisque l’armée contrôle la zone.

Certains tunnels étaient déjà connus de Tsahal et d’autres ont été découverts pour la première fois. Certains ont déjà été démolis et Israël a également informé l’Égypte de l’évolution de la situation. Selon l’armée, 82 autres puits de tunnel menant aux tunnels ont été localisés dans la zone du corridor de Philadelphie.

Les troupes de Tsahal sont désormais physiquement implantées dans la majeure partie du couloir. Il y a une petite section près de la côte où les forces terrestres ne sont pas présentes, mais Tsahal a déclaré qu’elle contrôlait la zone avec une surveillance et une puissance de feu.

Des dizaines de lance-roquettes ont également été découverts le long du couloir, certains à seulement une dizaine de mètres de la frontière égyptienne. L’armée israélienne a déclaré croire que le Hamas a positionné les lance-roquettes le long du couloir pour tenter d’empêcher Israël de les frapper, pensant qu’Israël craindrait de tirer trop fort sur l’Égypte.

« Nos troupes ont localisé le long de l’axe des dizaines de lanceurs amorcés pour des attaques à la roquette, des fosses de lancement utilisées par le Hamas pour tirer des roquettes et des mortiers sur Israël », a déclaré Hagari.

Hagari a déclaré que le Hamas « a profité de la région de Philadelphie, en a profité et a construit ses infrastructures à quelques dizaines de mètres de la frontière avec l’Égypte, afin que nous n’y attaquions pas ».

Les lance-roquettes étaient situés entre 10 et 40 mètres de la frontière égyptienne, « de manière à ce qu’Israël ne frappe pas la frontière avec l’Égypte », a déclaré Hagari, soulignant que quelque 70 roquettes et mortiers ont été tirés sur Israël depuis Rafah. région ces dernières semaines.

En réponse, la chaîne de télévision Al-Qahera, affiliée à l’État égyptien, a cité une source « de haut niveau » affirmant qu’il n’y avait « aucune vérité » dans les informations faisant état de tunnels entre l’Égypte et Gaza. La chaîne a également cité la source disant qu’il y a « des tentatives israéliennes continues d’exporter des mensonges autour de la situation sur le terrain de ses forces à Rafah » dans le sud de Gaza.

L’existence de tunnels transfrontaliers entre l’Égypte et la bande de Gaza est depuis longtemps un fait connu du public, notamment en 2013, selon le New York Times. article sur l’industrie artisanale de livraisons de restauration rapide à travers « les dizaines de tunnels » contrôlés par le Hamas.

L’Égypte elle-même a travaillé pendant des années pour contrecarrer le réseau de tunnels transfrontaliers, les faisant exploser, les inondant d’eau, pompant des gaz toxiques à l’intérieur et même rasant les maisons le long de la frontière pour établir une zone tampon, mais on pensait que beaucoup d’entre elles subsistaient encore.

Les troupes de la 401e brigade blindée opèrent à Rafah, dans le sud de Gaza, dans une image publiée le 29 mai 2024. (Armée de défense israélienne)

L’armée israélienne a déclaré mercredi avoir récemment démoli un tunnel « important » du Hamas près du poste frontière de Rafah. Selon l’armée, les troupes ont atteint un puits de tunnel, à environ 100 mètres du poste frontière avec l’Égypte, suite aux renseignements sur son emplacement.

Le puits menait à un réseau souterrain d’environ un kilomètre et demi de long, qui, selon Tsahal, était utilisé par des membres du Hamas pour attaquer les troupes opérant dans la région. Les troupes ont attaqué le tunnel, localisant des armes, notamment des missiles antichar, des armes à feu et des engins explosifs, selon l’armée.

L’armée israélienne a déclaré que le réseau comportait de nombreux chemins de bifurcation à différentes profondeurs et que certaines zones étaient bloquées par des portes anti-souffle. Il comprenait également des pièces où résideraient des membres du Hamas, ainsi que des salles de bains. Le réseau de tunnels a ensuite été démoli, a ajouté l’armée israélienne.

Les troupes israéliennes se sont installées pour la première fois à Rafah il y a plusieurs semaines, après des mois d’avertissements internationaux contre l’entrée dans la zone, où plus de la moitié des habitants de Gaza s’étaient réfugiés après avoir été déplacés par des mois de combats ailleurs dans la bande. L’armée israélienne a exhorté les habitants de la région à évacuer, en les dirigeant vers des zones de sécurité désignées, et un responsable de l’ONU a déclaré lundi que plus d’un million de Palestiniens avaient quitté la ville jusqu’à présent ce mois-ci.

En visite dans la ville mercredi, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a déclaré que le démantèlement des bataillons du Hamas était une priorité absolue pour le pays.

« Nous sommes ici pour plusieurs raisons. Premièrement, c’est le dernier [Hamas] La brigade est repartie avec toutes ses capacités, nous voulons donc démanteler la brigade de Rafah », a déclaré Halevi, ajoutant que le démantèlement des bataillons du Hamas est une « mission nationale de l’État d’Israël ».

Trois soldats de Tsahal ont été tués mardi par une explosion dans un bâtiment piégé à Rafah. Tous trois ont servi dans le 50e bataillon de la brigade Nahal. Leurs morts portent à 291 le nombre de soldats tués lors de l’offensive terrestre de Tsahal contre le Hamas à Gaza et lors des opérations le long de la frontière.

Malgré une vague croissante de critiques internationales à l’égard de l’opération, l’armée israélienne a affirmé que Rafah était le dernier bastion majeur du Hamas dans la bande de Gaza, et a suggéré que bon nombre des otages restants capturés par le groupe terroriste le 7 octobre pourraient être détenus dans la ville. . Les chars israéliens ont atteint le centre de Rafah pour la première fois mardi, ont indiqué des témoins.

Cependant, les troupes ont également combattu des hommes armés du Hamas résurgents dans le nord de Gaza, en particulier à Jabaliya, où Tsahal a également récemment récupéré les corps de sept otages.

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut les communautés et les positions militaires du sud d’Israël, tuant environ 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant 252 otages, dont un certain nombre de corps.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que plus de 36 100 personnes ont été tuées ou sont présumées mortes dans les combats jusqu’à présent, même si seulement 24 000 décès ont été identifiés dans les hôpitaux. Le bilan, qui ne peut être vérifié, comprend quelque 15 000 terroristes qu’Israël affirme avoir tués au combat.

Le personnel de Reuters et du Times of Israel a contribué à ce rapport.


Source link