Actualité du moment | News 24

Truth tracker : le WEF influence-t-il les gouvernements ?

La 51e réunion annuelle du Forum économique mondial s’est terminée jeudi dans la luxueuse ville alpine de Davos, en Suisse. Les jets privés ont chassé les milliardaires, les dirigeants mondiaux et les magnats des affaires, mais les théories du complot sur l’organisation de lobbying d’élite et influente persistent.

LA DEMANDE

Les théoriciens du complot disent que le Forum économique mondial (WEF) tire les leviers de la puissance mondiale. Certains l’accusent même d’utiliser ou même d’orchestrer la pandémie de COVID-19 pour restructurer les sociétés en faveur des multinationales et des élites mondiales de gauche à travers un projet appelé “The Great Reset”. On prétend que l’influence du Forum économique mondial s’étend jusqu’à Ottawa et au gouvernement du premier ministre Justin Trudeau.

Roland Paris, professeur et directeur de l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa, affirme qu’« aucune de ces préoccupations n’est légitime ».

“Le WEF rassemble les gens pour des discussions”, a déclaré Paris à CTVNews.ca. “Il peut avoir des prétentions en tant qu’organisation qui produit des idées politiques, mais il a peu ou pas d’influence sur la politique gouvernementale.”

Au Canada, l’ancien député Maxime Bernier et l’espoir du leadership conservateur Pierre Poilievre ont à plusieurs reprises visé le Forum économique mondial et « The Great Reset », l’accusant de servir un programme mondialiste aux dépens des Canadiens ordinaires.

“J’ai clairement indiqué que mes ministres de mon gouvernement seront interdits de participer au Forum économique mondial”, a déclaré Poilievre, un député ontarien, sous les applaudissements. une vidéo de la campagne à la direction des conservateurs fédéraux du 23 mai. « Travaillez pour le Canada! Si vous voulez aller à Davos, à cette conférence, faites-en un aller simple. Mais vous ne pouvez pas faire partie de notre gouvernement et travailler pour un programme politique qui va à l’encontre des intérêts de notre peuple.

UNE ANALYSE

Alors que le Forum économique mondial fait depuis longtemps l’objet de critiques légitimes sur les inégalités mondiales et l’influence élitiste, ces critiques ont été confondues en théories du complot à part entière en juin 2020, lorsque le Forum économique mondial a tenu une réunion annuelle sous le nom de “The Great Reset”. ” Bien que court sur les détails, un article publié ce mois-là par l’économiste, ingénieur et fondateur du Forum économique mondial Klaus Schwab a soutenu que la reprise de la pandémie de COVID-19 pourrait être utilisée pour rendre les économies plus durables et équitables grâce à «une« grande réinitialisation »du capitalisme. ”

“Je pense que la raison pour laquelle il a attiré autant d’attention était en partie à cause du titre” The Great Reset “et parce qu’il décrivait un programme”, Robert O’Brien, professeur de sciences politiques à l’Université McMaster à Hamilton, en Ontario. , a déclaré à CTVNews.ca. “Je pense que c’était un drapeau rouge pour les théoriciens du complot et les nationalistes d’extrême droite.”

Le premier ministre Justin Trudeau a ensuite apparemment ajouté de l’huile sur le feu du complot lors d’une conférence des Nations Unies en septembre 2020 en disant que «la pandémie a fourni une opportunité de réinitialisation» et de «réimaginer les systèmes économiques».

Des vidéos ont également émergé en ligne de Schwab faisant l’éloge de Trudeau. À Davos en 2016, Schwab a déclaré à propos de Trudeau : « Je ne pouvais pas imaginer que quelqu’un puisse représenter davantage le monde qui sortira de cette quatrième révolution industrielle.

Lors d’une conférence à l’Université Harvard en 2017, Schwab a également déclaré que Trudeau et plus de « la moitié de son cabinet » étaient des jeunes leaders mondiaux du Forum économique mondial : un programme qui promeut des leaders prometteurs âgés de 30 à 40 ans. Singh, Andrew Scheer et Rona Ambrose.

“Nous pénétrons dans les cabinets”, s’est vanté Schwab à Harvard.

Angela Merkel, Tony Blair, Emmanuel Macron, Elon Musk, Mark Zuckerberg et Ivanka Trump ont également participé au programme.

La députée conservatrice et ancienne ministre du cabinet Michelle Rempel Garner a été nommée Jeune leader mondial en 2016 et a ensuite assisté à une réunion du Forum économique mondial à Davos en janvier 2018.

En février 2022, Rempel Garner a répondu au harcèlement continu des théoriciens du complot canadiens avec un éditorial intitulé : « Je suis allé à Davos. Le Forum économique mondial ne dirige pas le Canada.

“Le WEF est certainement élitiste, mais, à mes yeux, il est loin d’être une cabale axée sur la domination mondiale”, a écrit Rempel Garner. “Et même si je ne soutiens pas Justin Trudeau, je parierais que la politique électorale canadienne et l’ambition personnelle ont beaucoup plus d’impact sur ses décisions politiques que Klaus Schwab.”

David Black, professeur agrégé de communication et de culture à l’Université Royal Roads de Victoria, en Colombie-Britannique, décrit les réunions du Forum économique mondial à Davos comme “un salon de discussion d’élite”.

« Le WEF est-il un organisme avec une influence intellectuelle et une opportunité pour les élites de réseauter ? Oui », a déclaré Black à CTVNews.ca. « S’agit-il de contrôler les gouvernements souverains du monde entier ? Non.”

John Baird, un autre député conservateur et ancien ministre du Cabinet, était également un jeune leader mondial du Forum économique mondial qui a ensuite assisté à des réunions à Davos. Baird est actuellement coprésident de la campagne de Poilievre.

“Il sait mieux, mais il se plie clairement à un segment de la population qui se méfie des institutions et tombe amoureux des théories du complot”, a déclaré Paris, de l’Université d’Ottawa, à propos de Poilievre.

“Cela montre vraiment ses penchants populistes”, a déclaré O’Brien de l’Université McMaster. “Cela m’inquiète qu’il fonde une partie de son programme pour être le prochain chef du Parti conservateur, et peut-être, qui sait, un jour Premier ministre du pays, en faisant appel à ces opinions marginales.”

CONCLUSION

On peut faire valoir que le Forum économique mondial est élitiste et détaché, mais il n’y a aucune preuve crédible qu’il contrôle les gouvernements mondiaux.

“La vague actuelle de populisme conservateur soutient que ces institutions cherchent à manipuler l’opinion publique, ainsi qu’à contrôler la richesse et le pouvoir politique de la personne moyenne au profit des élites”, a expliqué Black de l’Université Royal Roads. “En effet, ces institutions sont imaginées comme une sorte de gouvernement secret non élu, et les centres de pouvoir réels et non responsables dans le monde.”

« C’est un forum de discussion ; vous savez, aucune décision n’y est prise », a déclaré O’Brien à propos du Forum économique mondial. “Les seules personnes qui devraient en avoir peur sont celles qui ont peur de l’échange d’idées.”