Truss assistera à la réunion de la Communauté politique européenne malgré les critiques à son égard

Liz Truss devrait assister à une réunion de la Communauté politique européenne, des mois après que le Premier ministre a critiqué le sommet de Prague dans son rôle précédent.

Il est entendu que le Premier ministre a changé d’avis sur la réunion car elle se concentrera sur deux questions hautement prioritaires à l’ordre du jour de Mme Truss : l’énergie et la migration.

Le sommet d’octobre est le programme du président français Emmanuel Macron visant à réunir les nations de l’UE et les pays extérieurs au bloc.

Truss assistera à la réunion de la Communauté politique européenne malgré les critiques à son égard

(fil de sonorisation)

On pense que le Premier ministre ressent le besoin de travailler maintenant avec d’autres dirigeants pour lutter contre les crises qui se déroulent dans le pays, exacerbées après que le mini-budget du chancelier Kwasi Kwarteng a effrayé les marchés et choqué les économistes traditionnels au sujet de ses 45 milliards de livres sterling de réductions d’impôts.

Mais sa présence soulèvera des sourcils étant donné le scepticisme explicite de Mme Truss à propos du projet il y a seulement quelques mois en tant que secrétaire aux Affaires étrangères.

Il a été rapporté que le numéro 10 s’était demandé s’il devait assister à la réunion ces dernières semaines, l’ambassadeur de l’Union européenne Joao Vale de Almeida ayant profité d’une apparition lors d’une réunion en marge de la conférence du parti travailliste à Liverpool pour exhorter Mme Truss à y assister.

La décision d’y assister intervient alors que l’UE et le Royaume-Uni sont toujours dans l’impasse sur le protocole d’Irlande du Nord, le projet du gouvernement de déchirer les accords post-Brexit dans la région provoquant un malaise majeur entre Londres et Bruxelles.

Premier ministre Liz Truss et chancelier de l’Échiquier Kwasi Kwarteng

(fil de sonorisation)

Mme Truss cherche à nouer des relations avec des dirigeants européens, dont la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et M. Macron après avoir rencontré le couple lors d’un sommet des Nations Unies à New York.

Cela vient après que Mme Truss ait courtisé la controverse lors de la course à la direction des conservateurs en répondant “le jury est sorti” sur la question de savoir si M. Macron était “ami ou ennemi”.

En tant que ministre des Affaires étrangères en juin, elle a également déclaré qu’elle n’avait pas “acheté” une communauté politique à l’échelle européenne.

Mais le site d’information Politico, qui a signalé pour la première fois la présence prévue de Mme Truss, a déclaré que le Premier ministre était même disposé à accueillir le prochain sommet du groupe politique à Londres.