Skip to content

Le président Donald Trump semble vouloir utiliser la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine pour forcer le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, à réduire à nouveau les taux d'intérêt, a déclaré Jim Cramer de CNBC jeudi.

Même avec l'élection de l'année prochaine, Trump indique qu'il est prêt à risquer une récession et que "c'est le travail de Powell de nous tenir à l'écart", a déclaré Cramer dans "Squawk on the Street". "Le président dit: 'Nous le prendrons, nous pourrons le gérer.'"

L'animateur de "Mad Money" analysait les commentaires de Trump mercredi, lorsque le président a déclaré à la presse qu'il était "l'élu" pour affronter la Chine.

Trump a blâmé la Fed pour avoir freiné l'économie et non ses tarifs. "Le président ne recule pas", a déclaré Cramer.

Un porte-parole de la Maison Blanche n'était pas immédiatement disponible pour répondre aux commentaires de Cramer.

Les inquiétudes concernant l’économie américaine s’intensifient alors que Washington se prépare à imposer des droits de douane, à compter du 1er septembre, sur la quasi-totalité des importations chinoises non encore soumises à des droits de douane. Bien que les tarifs prévus sur certaines des marchandises en provenance de Chine aient été retardés jusqu'à la mi-décembre et que d'autres aient été annulés, la liste reste longue. Jeudi, Beijing a déclaré que toute augmentation des tarifs américains entraînerait une escalade.

Dans le même temps, la Fed examinera la possibilité de réduire le coût des emprunts lors de sa réunion de septembre, deux mois après la réduction des taux pour la première fois depuis plus de dix ans. Le marché s'attend à ce que la banque centrale abaisse à nouveau ses taux le mois prochain, avec une quasi-certitude certaine – un geste que Trump a répété nécessaire.

Wall Street s'inquiète de la capacité de la Fed à prévenir une récession. Le rendement du Trésor à 10 ans a brièvement été inversé et est passé sous le rendement de 2 ans la semaine dernière pour la première fois depuis la crise financière de 2008. C'est encore arrivé mercredi et jeudi. Une telle inversion a précédé chaque récession des 50 dernières années. Cependant, il faut en moyenne deux ans pour qu'une récession se matérialise.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *