Trump revient en ligne avec un «  bureau  » virtuel qui imite son fil Twitter effacé – RT USA News

L’ancien président américain Donald Trump est de retour en ligne – en quelque sorte. Des mois après avoir été banni par la plupart des géants des médias sociaux, il utilise maintenant un «bureau» sur le site Web de sa campagne pour publier du contenu ressemblant à ses tweets de marque.

«Depuis le bureau de Donald J. Trump,» a révélé mardi, est une page qui ressemble beaucoup au compte Twitter du 45e président – dont il a été banni en janvier. Une vidéo promotionnelle épinglée en haut du flux la déclare «Phare de la liberté» et «un lieu pour parler librement et en toute sécurité».

D’après cette description, on pourrait penser que le «bureau» est une plate-forme de médias sociaux pour les Américains purgée par Big Tech – sauf que ce n’est pas le cas. Actuellement, seul Trump peut l’utiliser pour publier des commentaires, des images et des vidéos. Il contient déjà les archives des déclarations qu’il a publiées depuis son départ en janvier.

Les messages du «bureau» peuvent être partagés sur Twitter et Facebook, mais il n’y a pas d’option pour créer son propre compte ou laisser un commentaire ou une réponse. On ne sait pas si c’est ce que le conseiller de Trump, Jason Miller, avait à l’esprit lorsqu’il a déclaré aux journalistes en mars que l’ancien président reviendrait en ligne. « Avec sa propre plateforme » qui serait «Redéfinissez complètement le jeu.»



Aussi sur rt.com
Trump reviendra sur les médias sociaux avec la plate-forme OWN «  dans deux ou trois mois  », a déclaré le conseiller


« Ceci est juste une communication à sens unique » cette «Permet à Trump de communiquer avec ses partisans», a déclaré à Fox News une source familière avec l’espace, déclarant l’évidence.

Le compte Twitter personnel de Trump lui avait permis de contourner les médias traditionnels lors des élections de 2016 et de porter sa campagne directement auprès du public américain. Il avait plus de 88 millions d’adeptes à un moment donné au cours de sa présidence, et a été déclaré un «Place publique désignée» par un juge fédéral en mai 2018, dans le cadre d’un procès intenté par ses détracteurs pour forcer le président en exercice à les débloquer. Cela n’a pas empêché Twitter de « Suspension permanente » – c’est-à-dire interdire – le président en exercice en janvier 2021.

La justification de Twitter était que les tweets de Trump « Et le contexte qui les entoure – en particulier comment ils sont reçus et interprétés sur et hors de Twitter » a posé un «Risque de nouvelle incitation à la violence.»



Aussi sur rt.com
Twitter suspend PERMANENT Trump sur la façon dont ses tweets pourraient être «  reçus et interprétés  »


C’était une référence à des allégations selon lesquelles Trump « Incité » l’émeute du 6 janvier au Capitole américain, qui a temporairement perturbé la session conjointe du Congrès cherchant à certifier son adversaire Joe Biden comme le vainqueur de l’élection de 2020.

Les démocrates ont qualifié l’émeute de « insurrection » et a tenté de destituer Trump pour cela – même après avoir quitté pacifiquement ses fonctions deux semaines plus tard. Dans une allocution au Congrès la semaine dernière, Biden a décrit l’émeute comme «La pire attaque contre notre démocratie depuis la guerre civile», suscitant des critiques généralisées.

D’autres plateformes de médias sociaux ont suivi le signal de Twitter, et Trump a rapidement été purgé de Facebook et Instagram, YouTube et Snapchat. Facebook «Conseil de surveillance» devrait décider de laisser l’ancien président revenir sur la plate-forme de Mark Zuckerberg mercredi.

Les partisans du 45e président purgé de Twitter ont essayé de se rassembler sur la plate-forme rivale Parler, mais cela a été mis hors ligne quelques jours après qu’Apple, Google et Amazon l’ont exclu de leurs magasins d’applications et de leur hébergement en ligne, respectivement.



Aussi sur rt.com
Apple lève l’interdiction du réseau social Parler après avoir accepté la «  modération du contenu  », mais les utilisateurs s’inquiètent de la «  liberté d’expression  » du site est désormais stérilisée


Parler a depuis réapparu en ligne et a même été autorisé à revenir sur l’App Store d’Apple, mais n’a pas retrouvé la dynamique de croissance interrompue par sa déplatforming.

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments