Skip to content

Une paire de moissonneurs MQ-9 du 46e escadron d’attaque expéditionnaire est garée sur la piste de la base aérienne Ali Al Salem, au Koweït, le 9 juin 2020.

Airman Senior Isaiah J. Soliz | US Air Force

WASHINGTON – Le président Donald Trump a signé cette semaine une mesure qui permettra aux entrepreneurs américains de la défense de vendre davantage de drones armés à des armées étrangères, a déclaré vendredi un responsable du département d’État.

La décision politique mise à jour ouvre la vente de drones américains armés à des gouvernements étrangers à qui il était auparavant interdit de les acheter en vertu du régime de contrôle de la technologie des missiles, ou MTCR, qui a été signé il y a trois décennies par 35 pays membres.

Le MTCR classe les gros drones comme les missiles de croisière, ce qui soumet les ventes de ces armes à de fortes restrictions à l’exportation. Selon la politique mise à jour, les États-Unis ne soumettent plus les drones qui volent à moins de 800 kilomètres à l’heure, comme les Reapers fabriqués par General Atomics et Global Hawks fabriqués par Northrop Grumman à la barre fixe du MTCR.

Clarke Cooper, secrétaire adjoint aux affaires politico-militaires au département d’État, a déclaré que la nouvelle politique aidera les alliés et partenaires américains à «répondre à leurs besoins urgents en matière de sécurité nationale et commerciale».

La politique d’exportation de drones américains modifiée est largement considérée comme un effort de l’administration Trump pour vendre plus d’armes à l’étranger.

Cooper a réitéré que les ventes de drones américains seraient toujours maintenues à un niveau élevé, minimisant les craintes que la vente de plus de drones conduise à des violations des droits humains.

« Ce sont toutes des déterminations au cas par cas basées non seulement sur ce que pourrait être l’exigence du partenaire, mais aussi sur la façon dont cela s’aligne avec l’intérêt des États-Unis », a-t-il déclaré.

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, a déclaré que le MTCR était dépassé, nuisait à l’industrie de la défense américaine et « entravait la capacité de dissuasion à l’étranger en handicapant nos partenaires et alliés avec une technologie médiocre ».

« L’approbation ou le refus d’une vente d’UAS à n’importe quel pays est une décision pangouvernementale et prend en compte nos objectifs de sécurité nationale, de non-prolifération et de politique étrangère, ainsi que la capacité du pays acheteur à utiliser et à protéger de manière responsable la technologie d’origine américaine. », A déclaré McEnany dans un communiqué.