Skip to content

(Reuters) – Le président américain Donald Trump a menacé lundi de suspendre définitivement le financement de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) si elle ne s'engageait pas à apporter des améliorations dans les 30 jours, et de reconsidérer l'adhésion de son pays à l'agence.

Trump a suspendu les contributions américaines à l'OMS le mois dernier, l'accusant de promouvoir la «désinformation» chinoise sur la nouvelle épidémie de coronavirus, bien que les responsables de l'OMS aient nié l'accusation et la Chine a déclaré qu'elle était transparente et ouverte.

"Si l'OMS ne s'engage pas à apporter des améliorations substantielles importantes dans les 30 prochains jours, je rendrai mon gel temporaire du financement américain à l'OMS permanent et reconsidérerons notre adhésion", a déclaré Trump à son chef, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans une lettre publiée bit.ly/3bNB3R7 sur Twitter.

Plus tôt, Trump a déclaré que l'OMS avait "fait un travail très triste" dans sa gestion du coronavirus, qui a émergé en Chine à la fin de l'année dernière, et qu'il prendrait bientôt une décision sur le financement.

Trump a déclaré dans la lettre que la seule voie à suivre pour l'OMS était de démontrer son indépendance vis-à-vis de la Chine, ajoutant que son administration avait commencé à discuter de la réforme avec Tedros.

Trump a également formulé diverses accusations contre la Chine dans la lettre, notamment avoir tenté de bloquer les preuves que le virus pouvait être transmis entre personnes, pressé l'OMS de ne pas le déclarer d'urgence, refusé de partager des données et des échantillons et refusé l'accès à ses scientifiques et à ses installations.

La Chine a riposté mardi avec son porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, affirmant que la lettre était calomnieuse.

«La lettre ouverte de la direction américaine est remplie d'expressions de suggestions, de maybes et de potentialités, et essaie d'induire le public en erreur par cette méthode spécieuse, pour atteindre l'objectif d'étaler et de calomnier les efforts de la Chine en matière de prévention des épidémies et de transférer la responsabilité en soi. l'incompétence dans la gestion de l'épidémie », a déclaré Zhao lors d'un briefing régulier.

Zhao a déclaré que la décision des États-Unis de cesser de contribuer à l'OMS était une violation de ses obligations internationales.

Lundi, l'OMS a déclaré qu'un examen indépendant de la réponse mondiale aux coronavirus commencerait dès que possible et qu'elle avait reçu le soutien et une importante promesse de fonds de la Chine.

L'OMS basée à Genève, une agence spécialisée des Nations Unies, dirige une initiative mondiale pour développer des vaccins, des tests et des médicaments sûrs et efficaces pour prévenir, diagnostiquer et traiter le COVID-19, la maladie causée par le virus.

Plus de 4,75 millions de personnes ont été infectées dans le monde et 314 414 sont décédées, selon un décompte de Reuters.

Les États-Unis ont versé plus de 400 millions de dollars à l'OMS en 2019, soit environ 15% de son budget.

PHOTO DE DOSSIER: Le président américain Donald Trump tient une réunion sur les "zones d'opportunité" dans la salle du Cabinet de la Maison Blanche à Washington, États-Unis, le 18 mai 2020. REUTERS / Leah Millis / File Photo

Cette année, les États-Unis ont déjà versé à l'OMS environ 58 millions de dollars, ont déclaré le mois dernier des responsables de l'administration Trump, soit la moitié de ce qu'ils devaient payer pour 2020 – connue sous le nom de cotisation.

Les États-Unis fournissent traditionnellement plusieurs centaines de millions de dollars par an en financement volontaire lié à des programmes spécifiques de l'OMS tels que l'éradication de la poliomyélite, les maladies évitables par la vaccination, le VIH et l'hépatite, la tuberculose et la santé maternelle et infantile.

Le montant du financement volontaire fourni par les États-Unis aux programmes de l'OMS en 2020 n'était pas clair.

Reportage de Rama Venkat à Bengaluru et Huizhong Wu à Pékin; Montage par Clarence Fernandez, Robert Birsel

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.