Skip to content
Trump fait appel à un assistant principal qui a défié l'assignation à comparaître pour un poste 5G

PHOTO DE DOSSIER: Robert Blair (L), assistant de la Maison Blanche, qui sert de conseiller à la sécurité nationale au chef de cabinet par intérim de la Maison Blanche, Mick Mulvaney, adjoint adjoint du président Douglas Hoelscher (C) et directeur des médias sociaux de la Maison Blanche, Dan Scavino, marche jusqu'à à bord de l'hélicoptère Marine One avec le président américain Donald Trump pour se rendre en Floride depuis la Maison Blanche à Washington, États-Unis, le 8 mai 2019. REUTERS / Jonathan Ernst / File Photo

WASHINGTON (Reuters) – Le président américain Donald Trump a nommé Robert Blair comme représentant spécial de la politique internationale des télécommunications et des travaux sur les efforts de l'administration 5G sous la direction du conseiller économique de la Maison-Blanche Larry Kudlow, a annoncé lundi la Maison-Blanche dans un communiqué.

En tant que conseiller principal du chef de cabinet de la Maison Blanche, Blair a défié une assignation à comparaître d'un comité de la Chambre des représentants dans le cadre de son enquête de destitution pour savoir si Trump avait incorrectement pressé l'Ukraine d'enquêter sur son rival politique national, Joe Biden.

Le leader démocrate du Sénat, Chuck Schumer, a également demandé à Blair de témoigner lors du procès en destitution prévu par le Sénat, bien que le leader républicain du Sénat, Mitch McConnell, le leader de la majorité, n'ait pas accepté cette demande.

Blair continuera d'assister le président et le conseiller principal du chef de cabinet de la Maison Blanche, a déclaré la Maison Blanche.

Le nouveau rôle de Blair intervient dans le cadre d'une campagne internationale des États-Unis contre le fabricant chinois d'équipements de télécommunications Huawei Technologies Co Ltd. Washington a cherché à convaincre ses alliés d'exclure l'entreprise de leurs réseaux 5G par crainte que la société ne puisse espionner les clients de Pékin.

Citant des problèmes de sécurité nationale, l'administration Trump a placé l'entreprise sur une liste noire commerciale en mai, interdisant aux entreprises qui fabriquent des marchandises aux États-Unis de lui vendre sans licence spéciale.

Le mois dernier, Reuters a annoncé que le Département du commerce envisageait de durcir les restrictions à l'exportation de la société, qui est le deuxième plus grand fournisseur mondial de smartphones.

Reportage par Alexandra Alper; Écriture de Makini Brice; Montage par Sandra Maler et Lisa Shumaker

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *