Skip to content

Le président Donald Trump a déclaré mercredi à CNBC que la croissance économique américaine aurait été plus proche de 4% sans l'effet persistant des hausses de taux de la Réserve fédérale.

"Ce fut une grosse erreur qui n'aurait pas dû se produire. Cela n'aurait pas dû se produire. Mais c'est une de ces choses. Mais nous avions Boeing. Nous avons eu la grosse grève avec General Motors. ", A déclaré Trump à CNBC Joe Kernen dans une interview accordée au Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

Le président a également suggéré que le marché boursier serait encore plus élevé que ses sommets déjà records si la Fed n'avait pas relevé ses taux si rapidement avant de les abaisser trois fois en 2019.

"Maintenant, avec tout cela, si nous n'avions pas fait la grosse augmentation des intérêts, je pense que nous aurions été proches de 4%", a déclaré Trump à propos du produit intérieur brut américain. "Et je – je pouvais voir 5 000 à 10 000 points de plus sur le Dow. Mais c'était un tueur quand ils ont augmenté le taux. Ce n'était qu'une grosse erreur."

Le président a à plusieurs reprises reproché à la Fed et à son président, Jerome Powell, d'augmenter les taux trop rapidement, selon lui. Trump a nommé Powell à ce poste en novembre 2017, et la Fed a relevé ses taux quatre fois en 2018.

Les remarques du président mercredi faisaient écho à celles que son principal conseiller économique Larry Kudlow avait faites à CNBC mardi, lorsqu'il avait prédit une croissance de 3% du PIB américain en 2020.

"C'est un long cycle, et ce que vous avez ici pendant les années Trump est essentiellement un mini-upcycle", a déclaré mardi Kudlow. "Vous êtes passé de 1,5% à 2% de croissance. Nous l'avons fait passer à près de 4%, puis la Fed s'est resserrée."

Les données sur la fabrication et le commerce publiées ce mois-ci suggèrent que l'économie américaine a terminé l'année 2019 sur une bonne note. L'économie devrait croître de plus de 2% au quatrième trimestre. Cela représenterait un ralentissement par rapport à l'augmentation de 2,9% en 2018, et une croissance de 2% suggérerait toujours que l'expansion vieille de dix ans devrait se poursuivre au cours de cette année électorale cruciale.

Le président Donald Trump s'entretient avec CNBC lors du Forum économique mondial 2020 à Davos, en Suisse, le 22 janvier 2020.

Gerry Miller | CNBC

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *