Skip to content

(Reuters) – Le président Donald Trump s'en est pris à Apple Inc (AAPL.O) mardi, fustigeant le fabricant d'iPhone pour ce qu'il a déclaré être son refus de déverrouiller les téléphones utilisés par les criminels tout en bénéficiant de l'aide du gouvernement sur le commerce.

Trump critique la position de chiffrement d'Apple sur les téléphones Pensacola

PHOTO DE FICHIER: Le logo Apple est affiché au sommet d'un Apple Store dans un centre commercial à La Jolla, Californie, États-Unis, le 17 décembre 2019, 2019. REUTERS / Mike Blake

Les commentaires de Trump, faits dans un tweet, sont intervenus un jour après que le procureur général William Barr a accusé Apple de ne pas avoir aidé dans une enquête sur une fusillade mortelle dans une base navale de Floride le mois dernier.

"Nous aidons tout le temps Apple sur TRADE et tant d'autres problèmes, et pourtant ils refusent de déverrouiller les téléphones utilisés par les tueurs, les trafiquants de drogue et d'autres éléments criminels violents", a déclaré Trump sur Twitter. "Ils devront intervenir et aider notre grand pays, MAINTENANT!", A-t-il déclaré.

Apple a déclaré qu'elle ne pouvait pas accéder aux données chiffrées avec un mot de passe et stockées sur un iPhone et qu'elle devrait créer un outil spécifique pour le faire, connu dans l'industrie de la technologie comme une «porte dérobée». La société peut et fait cependant , remettez les données stockées sur ses serveurs de stockage cloud à des responsables de l'application des lois, ce qui inclut souvent des sauvegardes des iPhones, y compris des iMessages.

Apple n'a pas répondu à une demande de commentaire sur le tweet de Trump. Lundi, la société a déclaré avoir rejeté "la qualification selon laquelle Apple n'a pas fourni d'assistance substantielle" dans l'enquête sur la fusillade d'un officier de l'Air Force saoudienne à la station navale américaine de Pensacola, en Floride, le mois dernier.

Plus tôt lundi, Barr a qualifié la fusillade mortelle de trois Américains par la base navale "d'acte terroriste" et a appelé Apple à aider le Federal Bureau of Investigation à déverrouiller deux iPhones impliqués dans l'affaire.

Apple a déclaré avoir répondu à sept demandes légales distinctes d'enquêteurs fédéraux en décembre à compter du jour de la fusillade.

La société a déclaré avoir remis «plusieurs gigaoctets» de données aux enquêteurs, y compris des sauvegardes iCloud, des informations de compte et des données transactionnelles pour plusieurs comptes. Apple a déclaré que le FBI n'avait pas demandé d'aide pour déverrouiller les téléphones avant le 6 janvier, avec une demande pour un deuxième iPhone envoyée le 8 janvier.

«Un juge fédéral a autorisé le ministère de la Justice à accéder au contenu des téléphones des terroristes morts. Apple a conçu ces téléphones et mis en œuvre leur cryptage. C’est une simple demande «d’entrée»: Apple va-t-il nous aider à entrer dans les téléphones du tireur ou non? », A déclaré mardi Kerri Kupec, porte-parole du ministère de la Justice.

Après une fusillade à San Bernardino, en Californie, en 2016, les enquêteurs fédéraux se sont finalement tournés vers des sociétés de cybersécurité tierces pour obtenir de l'aide pour déverrouiller l'appareil du tireur.

Reportage par Eric Beech à Washington, D.C. et Stephen Nellis à San Francisco; Montage par Leslie Adler

Nos normes:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *