Actualité du moment | News 24

Trudeau condamne les manifestants agressifs lors d’événements politiques

OTTAWA –

Le Premier ministre Justin Trudeau a annulé son intention de se présenter en personne à une collecte de fonds libérale en Colombie-Britannique mardi après que la GRC a averti qu’une manifestation agressive en dehors de l’événement pourrait dégénérer s’il arrivait, a déclaré une source proche de la décision.

La source s’est entretenue avec La Presse canadienne sous couvert d’anonymat car elle n’était pas autorisée à discuter publiquement de la situation.

Trudeau a abordé la question mercredi lors d’une escale à Saskatoon, à laquelle ont également participé des manifestants qui ont été verbalement agressifs avec le service de protection de la GRC du premier ministre et ont initialement bloqué sa sortie d’un centre pour personnes âgées local.

Le premier ministre n’a pas expliqué pourquoi il avait choisi de parler virtuellement à la collecte de fonds à Surrey, en Colombie-Britannique, mais a exprimé son dégoût face au “harcèlement, aux insultes racistes (et) aux menaces de violence” ciblant les participants, principalement sud-asiatiques, à leur arrivée.

Des témoins de la manifestation ont rapporté avoir entendu des participants harcelés pour avoir porté des turbans, entre autres insultes à caractère raciste. Un manifestant est vu sur une photo portant un nœud coulant suspendu à deux bâtons plats imprimés avec les mots «trahison» et «Trudeau».

“La sécurité des Canadiens qui choisissent de faire entendre leur voix en politique ne devrait jamais être remise en question comme ce fut le cas hier soir et comme nous le constatons de plus en plus à travers le pays”, a déclaré Trudeau.

« Les libertés fondamentales dont nous jouissons en tant que pays et dont nous jouissons en tant que Canadiens doivent être défendues, doivent être protégées. Personne ne devrait se sentir en danger ou harcelé en raison de son soutien à un parti politique ou à un autre. Et c’est quelque chose que je pense que nous devons tous soyez vigilants.”

Il a déclaré que tous les niveaux de gouvernement se penchaient actuellement sur la question.

C’est la deuxième fois en 10 mois que des manifestants agressifs incitent la police à conseiller à Trudeau de modifier son intention de prendre la parole lors d’un événement. Un rassemblement électoral à Bolton, en Ontario, a été complètement annulé en août dernier lorsque des dizaines de manifestants furieux scandant des obscénités contre le premier ministre se sont installés sur le site.

Il a été suivi par des manifestants en colère pendant une grande partie de cette campagne, ce qui a entraîné des changements notables dans la façon dont son bureau gère son emploi du temps. Les emplacements spécifiques pour les événements ne sont plus inclus dans ses itinéraires quotidiens publiés, par exemple.

Au début de la manifestation du convoi à Ottawa en janvier et février, Trudeau et sa famille ont été évacués de leur domicile dans la ville pendant plusieurs jours.

D’autres chefs, dont le chef du NPD Jagmeet Singh et le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet, ont indiqué qu’ils avaient reçu la protection de la GRC pendant le convoi lorsqu’ils étaient à Ottawa.

Une demande d’accès à l’information publiée par le Bureau du Conseil privé montre qu’entre le 5 février et le 23 mars, 26 menaces ont été enregistrées contre Trudeau et huit de ses ministres. Trudeau et la vice-première ministre Chrystia Freeland ont chacun fait l’objet de neuf menaces au cours de cette période.

La nature des menaces ou des actions à enquêter ne sont pas incluses dans le communiqué.

La GRC en Colombie-Britannique a déclaré dans un communiqué au sujet de l’événement de mardi que le groupe de protestation a commencé petit mais a augmenté en nombre et a été rejoint par des voitures, des camions plus gros et des véhicules remorquant des remorques “voyageant dans une boucle de style convoi autour de la chaussée”.

“En raison de la taille et de la composition du groupe de protestation et pour la sécurité de toutes les personnes présentes, il a été décidé qu’il n’était pas sûr pour le Premier ministre de se rendre sur les lieux”, indique le communiqué de la GRC.

La source gouvernementale qui s’est entretenue avec La Presse canadienne a déclaré qu’on craignait que la présence de Trudeau n’amplifie la foule et n’expose tout le monde à un plus grand risque.

Le bureau du premier ministre et la GRC ont conjointement pris la décision d’annuler la comparution en personne de Trudeau, a indiqué la source.

Trudeau n’est pas le seul à être suivi par des manifestants plus agressifs. À Peterborough, en Ontario, il y a deux semaines, Singh a été poursuivi jusqu’à sa voiture devant un bureau de campagne provincial du NPD.

À Montréal mercredi, le ministre de la Justice David Lametti a temporairement quitté une conférence de presse devant son bureau lorsqu’il a été confronté à un manifestant anti-israélien lui criant au visage. Lametti est revenu lorsque le manifestant est parti.


— Avec des fichiers de Camille Bains à Vancouver et de Mickey Djuric à Saskatoon


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 25 mai 2022.