Tronçonneuse à la main, l’« anarcho-capitaliste » Javier Milei bouleverse la politique argentine

Ses légions de fans l’appellent « le fou » et « la perruque » en raison de sa férocité et de sa tignasse indisciplinée, tandis qu’il se décrit comme « le lion ». Il pense que l’éducation sexuelle est un complot marxiste visant à détruire la famille, considère ses dogue clonés comme ses « enfants à quatre pattes » et a évoqué la possibilité que les gens soient autorisés à vendre leurs propres organes vitaux. Il s’agit de Javier Milei, le prochain président de l’Argentine.

Publié le:

4 minutes

Il y a quelques années, Milei était une tête parlante de la télévision que les bookers adoraient parce que ses discours contre les dépenses gouvernementales et la classe politique dirigeante augmentaient les audiences. À l’époque, et jusqu’à il y a seulement quelques mois, pratiquement aucun expert politique ne pensait qu’il avait une réelle chance de devenir président de la deuxième économie d’Amérique du Sud.

Mais Milei, un économiste de 53 ans, a ébranlé l’establishment politique argentin et s’est inséré dans ce qui a longtemps été un système bipartite en rassemblant une vague de soutien avec ses prescriptions de mesures drastiques pour freiner la montée de l’inflation et en s’engageant à faire une croisade contre la montée du socialisme dans la société.

Au cœur de son plan économique pour l’Argentine se trouve une proposition visant à remplacer la monnaie locale, le peso, par le dollar américain. Il a répété à plusieurs reprises que la seule façon de mettre fin au fléau de l’inflation, qui a dépassé les 140 %, était d’empêcher les hommes politiques de continuer à imprimer de la monnaie. Il envisage donc de supprimer la Banque centrale.

Le libertarianisme de Milei, qui se décrit lui-même comme « anarcho-capitaliste », était une nouveauté pour l’Argentine. Il s’est prononcé en faveur d’un assouplissement du droit du travail du pays et a défendu une vision d’un gouvernement nettement plus petit pour stimuler la croissance économique. Cela implique la suppression de la moitié des ministères du gouvernement, y compris la santé et l’éducation. Symbole des coupures profondes qu’il défend, il a parfois fait campagne avec une tronçonneuse à la main.

La réduction de la taille de l’État va de pair avec ses appels à la purge de la « caste politique » du gouvernement argentin, tout comme l’ancien président américain Donald Trump parlait de « drainer le marais » en référence à l’establishment bien établi. Milei a souvent fait des comparaisons avec Trump, un leader qu’il admire ouvertement.

Avant d’entrer sur le devant de la scène publique, Milei était économiste en chef chez Corporación America, l’un des plus grands conglomérats d’affaires argentins qui gère, entre autres, la plupart des aéroports du pays. Il y a travaillé jusqu’en 2021, date à laquelle il a remporté son siège de législateur.

Milei ne se considère pas seulement comme un homme politique de droite, mais aussi comme un guerrier culturel ayant pour mission de bouleverser la société argentine. Certaines des positions de Milei semblent faire écho aux républicains plus conservateurs aux États-Unis, tandis que sa rhétorique enflammée et chargée de grossièretés l’a déjà propulsé au premier plan dans la guerre culturelle mondiale qui submerge parfois le discours politique aux États-Unis, au Brésil voisin et ailleurs.

Milei s’oppose aux politiques féministes et à l’avortement, que l’Argentine a légalisé ces dernières années, et a proposé un plébiscite pour abroger la loi. Il rejette également l’idée que les humains puissent jouer un rôle dans le changement climatique. Lors d’une apparition télévisée, il a dénoncé le pape François, qui est argentin, comme un « imbécile » qui défend la justice sociale et a qualifié le chef de l’Église catholique romaine de « représentant du mal sur Terre ».

Dans la même veine que le slogan de Trump, « Make America Great Again », Milei a déclaré qu’il ramènerait le pays à une période de grandeur indéterminée.

« L’Argentine va reconquérir la place dans le monde qu’elle n’aurait jamais dû perdre », a déclaré Milei lors de son rassemblement pour la victoire dimanche. Ses partisans ont adopté la comparaison et portent souvent des chapeaux portant les mots « Make Argentina Great Again ».

En savoir plusLe choix difficile de l’Argentine : membre de l’establishment ou provocateur politique ?

Fils d’un homme d’affaires de transport de passagers et d’une femme au foyer, l’économiste n’aime pas beaucoup parler de son enfance et dit que ses jeunes années ont été marquées par une relation tendue avec son père.

Un jeune Milei a joué dans un groupe hommage aux Rolling Stones et a été gardien de but dans les divisions jeunesse du club de football Chacarita. Mais il a décidé de laisser de côté le football pendant la période d’hyperinflation de la fin des années 1980 pour étudier l’économie.

Aujourd’hui, le seul membre de sa famille avec lequel il entretient des relations étroites est sa sœur, Karina Milei, qui a mené sa campagne. Il l’appelle « la patronne » et l’a qualifiée à plusieurs reprises d’architecte de son ascension au pouvoir.

Lors de ses apparitions répétées à la télévision, Milei ne parlait pas seulement d’économie et de politique. Il s’est également plongé dans sa vie personnelle et s’est présenté un jour comme un expert du sexe tantrique, discutant ouvertement de sa participation répétée à des relations sexuelles en groupe et donnant des conseils.

Pendant une grande partie de sa vie d’adulte, Milei n’a pas eu de partenaire romantique sérieux et il n’est pas connu pour avoir des amis. Après avoir dit pendant des mois qu’il n’avait pas le temps de sortir avec quelqu’un, il a entamé une relation en juillet avec l’actrice et artiste Fátima Flórez. Elle est connue pour ses imitations de la vice-présidente Cristina Fernández de Kirchner, qui a été présidente de 2007 à 2015.

Milei avait un lien profond avec son Mastiff anglais, Conan, décédé. Il en a maintenant au moins quatre autres qui auraient été clonés à l’aide de l’ADN de Conan, tous portant le nom d’économistes.

(PA)