Skip to content

Trois Britanniques accusés de vol de bijoux au Japon pourraient être extradés par le gouvernement britannique

TLes autorités britanniques envisagent d'extrader vers le Japon trois Britanniques qui auraient effectué un vol de bijoux de grande envergure à Tokyo il y a plus de quatre ans, selon des informations.

Le Japon et la Grande-Bretagne seraient en discussion sur la remise des trois suspects, malgré l'absence de traité d'extradition entre les deux nations, a rapporté l'agence de presse Kyodo.

Si les hommes sont renvoyés à Tokyo, ce sera la première fois que la police japonaise recevra des suspects d'un pays avec lequel elle n'a pas signé de traité d'extradition.

Il marquera également une victoire pour le système judiciaire japonais, qui a été sous les projecteurs mondiaux ces dernières semaines après la fuite spectaculaire de l'ancien président de Nissan Motor, Carlos Ghosn, de Tokyo au Liban.

Les autorités japonaises recherchent actuellement la remise de Ghosn, qui a fui en attendant son procès pour faute financière, bien que le Liban soit un autre pays avec lequel le Japon n'a pas d'accord d'extradition.

C'est en novembre 2015 que les Britanniques Daniel Lee Kelly, 41 ans, Joe Anthony Chappell, 33 ans, et un homme anonyme de 19 ans auraient volé 46 bijoux d'une valeur de 106 millions de yens (739 000 £) dans un magasin Harry Winston à le quartier haut de gamme d'Omotesando.

Un garde de sécurité aurait été passé à tabac et des vitrines de magasins détruites pendant le cambriolage, les trois suspects auraient fui le Japon deux jours plus tard, selon la police.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *