Skip to content

ZURICH (Reuters) – Trente pays dirigés par le Costa Rica et l'Organisation mondiale de la santé ont lancé vendredi une initiative visant à partager les vaccins, les médicaments et les outils de diagnostic pour lutter contre la pandémie mondiale de coronavirus.

Trente pays lancent une alliance pour partager les outils COVID-19

PHOTO DE FICHIER: Le logo de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est représenté à l'entrée de son siège à Genève, le 25 janvier 2015. REUTERS / Pierre Albouy

Alors que la poussée des pays en développement, appelée pool d'accès aux technologies COVID-19, a été saluée par des groupes tels que Médecins sans frontières, une alliance de l'industrie pharmaceutique s'est demandée si elle renforcerait réellement la collaboration ou élargirait l'accès aux médicaments COVID-19.

L'effort de l'OMS intervient au milieu des préoccupations des pays riches qui injectent des ressources pour trouver des vaccins – plus de 100 sont en cours de développement – se frayeront un chemin au premier rang, une fois qu'un candidat réussira.

La Suisse, qui abrite les grands fabricants de médicaments Roche et Novartis, a également fait part de ses craintes de «nationalisme vaccinal», affirmant vouloir garantir un accès équitable.

"Les vaccins, tests, diagnostics, traitements et autres outils clés de la réponse aux coronavirus doivent être universellement disponibles en tant que biens publics mondiaux", a déclaré le président du Costa Rica, Carlos Alvarado, à propos de l'initiative volontaire.

L'effort, initialement proposé en mars, vise à fournir un guichet unique pour les connaissances scientifiques, les données et la propriété intellectuelle au milieu d'une pandémie qui a infecté plus de 5,8 millions de personnes et tué environ 360 000 personnes.

L'OMS a lancé un «appel à l'action solidaire», demandant aux autres parties prenantes de se joindre à la campagne.

Cependant, la Fédération internationale des fabricants et associations pharmaceutiques a fait part de ses préoccupations quant à la réduction de la protection de la propriété intellectuelle, qui, selon le groupe industriel, permettra la collaboration et sera nécessaire après la fin de la pandémie, pour préparer les systèmes de santé aux nouveaux défis.

«En demandant que des licences ou des déclarations de non-application pour les traitements et vaccins COVID-19 soient accordées sur une base mondiale non exclusive, le« Appel à l'action de solidarité »promeut un modèle unique qui ne tient pas compte des circonstances spécifiques de chaque situation, chaque produit et chaque pays », a déclaré la fédération.

Les pays à inscrire sont l'Argentine, le Bangladesh, la Barbade, le Belize, le Brésil, le Chili, la République dominicaine, l'Équateur, l'Égypte, l'Indonésie, le Liban, le Luxembourg, la Malaisie, les Maldives, le Mexique, le Mozambique, la Norvège, Oman, le Pakistan, les Palaos, le Panama, le Pérou, Le Portugal, Saint-Vincent-et-les Grenadines, l'Afrique du Sud, le Soudan, les Pays-Bas, le Timor oriental et l'Uruguay, a indiqué l'OMS.

Reportage de Michael Shields et John Miller; Montage par Alison Williams