Tragédie des migrants : Lire l’intégralité de la lettre de Boris Johnson à Emmanuel Macron

La France a annulé les discussions avec le ministre de l’Intérieur Priti Patel pour protester contre une lettre envoyée au président Macron par Boris Johnson.

La lettre, envoyée jeudi par Boris Johnson au président français, appelait la France à accepter de « reprendre » les personnes qui traversent la Manche vers le Royaume-Uni.

Boris Johnson a défini cinq étapes pour « aller plus loin et plus vite » pour empêcher les gens de faire le voyage dangereux.

La France a réagi à la lettre en retirant une invitation au ministre de l’Intérieur à s’entretenir dimanche avec le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin à Calais.

Dans un communiqué, le ministère français de l’Intérieur a déclaré qu’il considérait la « lettre publique de Boris Johnson inacceptable et contraire aux discussions entre homologues ».

M. Johnson a publié la lettre sur Twitter à 20 h 49 jeudi soir.

Lisez l’intégralité de la lettre de Boris Johnson à Emmanuel Macron ci-dessous.

Cher Emmanuel,

L’effroyable tragédie d’hier dans la Manche a choqué la France et le Royaume-Uni. Je sais que vos pensées, comme les miennes, vont aux familles de ces hommes, femmes et enfants qui ont perdu la vie en mer. Je rends hommage au travail de vos services d’urgence qui ont fait face à cette situation dévastatrice. Je vous rends également hommage, ainsi qu’au gouvernement français et aux autres autorités françaises, qui travaillez depuis si longtemps sur cette question difficile.

Nous nous sommes entretenus hier soir et avons convenu d’entretiens intensifs entre nos ministres et nos fonctionnaires. Je suis convaincu, à la suite de notre conversation, que vous reconnaissez, comme moi, l’urgence de la situation à laquelle nous sommes tous deux confrontés. J’ai également vu la déclaration de votre Premier ministre aujourd’hui et la lecture d’un appel entre le ministre de l’Intérieur et votre ministre de l’Intérieur, qui a convenu d’un certain nombre de mesures positives et de domaines pour une coopération plus poussée.

En particulier, je me réjouis que la ministre de l’Intérieur soit invitée à Calais ce dimanche pour rencontrer ses homologues de France, de Belgique, des Pays-Bas et d’Allemagne. Je suis prêt à transformer cette réunion en un sommet au niveau des dirigeants ou à organiser d’autres discussions bilatérales avec vous ou avec des collègues.

Comme je vous l’ai indiqué dans une lettre cet été, j’ai longtemps été profondément préoccupé par le fait que nous pourrions nous réveiller un matin avec la nouvelle d’une grave tragédie impliquant de nombreuses pertes de vie dans la Manche, y compris des femmes et des enfants. J’ai noté que le public britannique et français se demanderait à juste titre si nous avions fait tout notre possible pour empêcher une telle catastrophe.

Une telle catastrophe s’est maintenant produite. Je reconnais que dans nos deux pays, les équipes de première ligne chargées de l’application des lois et les agents de l’immigration travaillent jour et nuit, mais je suis d’accord avec vous pour dire que si nous n’augmentons pas nos efforts aujourd’hui, d’autres tragédies se produiront. Ce matin, d’autres bateaux sont arrivés avec encore plus de vies en danger.

J’écris pour offrir mon soutien et ma solidarité ainsi que des idées spécifiques pour sauver des vies et lutter contre les trafiquants qui se trouvent derrière ces passages, dans un esprit de partenariat et de coopération avec vous et nos voisins à travers l’Europe. La Grande-Bretagne et la France ont un engagement moral commun à sauver des vies, mais aussi des obligations juridiques, notamment à travers le Protocole des Nations Unies sur le trafic illicite de migrants et la Convention sur la traite des êtres humains.

Dans ma lettre de juin, j’ai décrit les domaines dans lesquels je pensais que nous pouvions faire davantage pour travailler ensemble. Nous avons fait quelques progrès depuis, notamment avec l’accord conclu entre le ministère de l’Intérieur et votre ministère de l’Intérieur cet été. Bien que nous ayons fait des progrès et arrêté plus de 20 000 passages à niveau, beaucoup trop d’entre eux ont vu leur vie en danger. Nous devons aller plus loin et plus vite, ensemble.

Comme nous en avons discuté hier soir, je suis ouvert à toute nouvelle idée créative pour aider à éliminer ce terrible commerce d’êtres humains et à protéger des vies. Notre modèle pour les étapes futures devrait être la créativité exceptionnelle dont nos pays ont fait preuve dans le passé à travers la création des Contrôles Juxtaposés. Ces nouvelles idées s’appuieraient sur la force de nos relations bilatérales en matière de sécurité et de renseignement et reconnaîtraient l’ampleur de la criminalité organisée que nos deux pays combattent.

Pour redoubler d’efforts, je voudrais que nous considérions :

• opérations de patrouille maritime conjointes ou réciproques dans les eaux territoriales de chacun ;

• déployer des technologies plus avancées, notamment des capteurs au sol et des radars ;

• surveillance aéroportée réciproque par des aéronefs pilotés et non pilotés, volant peut-être sous des insignes communs ; et

• approfondir le travail de notre Cellule conjointe de renseignement avec un meilleur partage du renseignement en temps réel pour procéder à des arrestations et des poursuites des deux côtés de la Manche.

Mais je demande aussi maintenant formellement que nous fassions des progrès urgents vers l’une de mes propositions précédentes en établissant des patrouilles conjointes là où cela peut être le plus efficace. Cela pourrait inclure des gendarmes français et des forces frontalières britanniques travaillant ensemble, peut-être sous une structure de commandement unique ou le déploiement conjoint d’entrepreneurs de sécurité privés. Nous sommes prêts à commencer de telles patrouilles dès le début de la semaine prochaine et à les intensifier par la suite.

En plus de notre travail bilatéral, mes ministres et fonctionnaires sont prêts à travailler au niveau multilatéral et avec l’UE pour relever nos défis communs. La France prendra bientôt la présidence du Conseil de l’Union européenne. Je suis heureux que vous vous soyez engagé à faire de la conclusion d’un accord de retour systématique entre le Royaume-Uni et l’UE une priorité pour votre présidence, en particulier compte tenu des obligations juridiques de l’UE en matière de lutte contre le trafic de migrants. L’UE a conclu des accords de réadmission avec des pays comme la Biélorussie et la Fédération de Russie ; J’espère qu’un tel accord pourra être rapidement trouvé avec le Royaume-Uni également.

En attendant un tel accord de réadmission au niveau de l’UE, je propose que nous mettions en place un accord bilatéral de réadmission pour permettre le retour de tous les migrants illégaux qui traversent la Manche. Cela aurait un effet immédiat et réduirait considérablement sinon arrêter les passages à niveau, sauvant des vies en brisant fondamentalement le modèle économique des gangs criminels. Mes collaborateurs partageront le projet de texte avec leurs homologues.

Comme vous vous en doutez, nous proposerons également des mesures au niveau national pour poursuivre notre travail de lutte contre la migration illégale et la traite des êtres humains. Je veillerai à ce que vos fonctionnaires soient tenus au courant de ces derniers. Notre nouveau plan pour l’immigration comprend des réformes de grande envergure de notre système d’asile, conçues pour dissuader l’entrée illégale au Royaume-Uni, briser le modèle commercial des réseaux de passeurs et éliminer plus facilement ceux qui n’ont pas le droit d’être ici. Cela s’appuie sur notre travail pour nous assurer que notre système de justice pénale poursuive efficacement les passeurs de clandestins.

Je reste convaincu que nos deux grands pays peuvent relever ce défi et s’appuyer sur notre profonde coopération en matière de sécurité pour lutter contre la migration illégale et la traite des êtres humains à notre frontière commune ainsi qu’en amont à travers le continent européen, en Méditerranée et au-delà.

Je copie cette lettre au président du Conseil européen.

Avec mes meilleurs voeux,

Boris Johnson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *