Toutes les religions ne s’opposent pas à l’avortement

Pendant des décennies, l’opposition de la droite religieuse chrétienne à l’avortement a dominé le débat sur les droits reproductifs aux États-Unis. Les militants ont passé des années à pousser les États et le gouvernement fédéral vers des politiques plus restrictives ; ces efforts ont abouti à la décision de la Cour suprême annulant le droit à l’avortement protégé par la Constitution.

Mais les chrétiens ne sont pas les seuls croyants à avoir des convictions religieuses profondes concernant les droits reproductifs. Le judaïsme enseigne non seulement que l’avortement est autorisé, mais oblige les chefs religieux juifs à se battre pour les droits reproductifs, dit Rabbi Danya Ruttenbergauteure, chercheuse en résidence pour le Conseil national des femmes juives et créatrice de Rabbis for Repro, un réseau national de membres du clergé juif travaillant à soutenir les droits reproductifs dans leurs communautés et au niveau national.

L’argument de Ruttenberg et d’autres rabbins a des implications importantes pour la loi. Si le judaïsme enseigne que les avortements sont nécessaires, alors les lois qui refusent le droit à un avortement portent atteinte aux libertés religieuses du peuple juif de les avoir. En Floride, un rabbin, Barry Silver de L’Dor Va-Dor dans le comté de Palm Beach, poursuit l’État pour bloquer l’entrée en vigueur d’une nouvelle interdiction de l’avortement de 15 semaines, arguant que la règle proposée restreint la liberté religieuse et équivaut à ” tyrannie théocratique. (Un juge a annoncé qu’il bloquerait temporairement la nouvelle loi, un jour avant son entrée en vigueur, en réponse à une action en justice distincte.) En Israël, les responsables ont annoncé de nouvelles politiques destinées à faciliter l’accès à l’avortement à la suite de la décision de la Cour suprême .

Vox a parlé avec Ruttenberg de ce que le judaïsme enseigne sur l’avortement et du rôle que les dirigeants juifs joueront dans la prochaine phase de la lutte pour le droit à l’avortement.

Cette conversation a été modifiée pour plus de longueur et de clarté.

Que dit le judaïsme sur l’avortement ?

L’avortement est autorisé dans le judaïsme, et lorsque la vie de la personne enceinte est en jeu, il est obligatoire. L’approche du judaïsme à l’avortement trouve sa base dans le livre de l’Exode. Il y a un cas où deux personnes se battent, et une personne renverse une femme enceinte et provoque une fausse couche. Il dit très clairement que s’il ne s’agit que d’une fausse couche, la personne qui a causé le préjudice est tenue de payer des amendes en guise de dommages-intérêts, et si une personne enceinte décède, cela est alors traité comme un homicide involontaire. On voit donc tout de suite que dans le livre de l’Exode il est très clair que le fœtus et la personne enceinte ont des statuts différents, et provoquer une fausse couche n’est pas assimilé à un homicide involontaire. Le fœtus n’a pas le même statut qu’un humain né. Elle est traitée comme une vie potentielle plutôt que comme une vie réelle.

Il y a deux déclarations dans le Talmud, codifiées vers 500 CE, qui disent que pendant les 40 premiers jours de la grossesse, le fœtus n’est “que de l’eau” et n’a aucun statut légal, ce qui est d’ailleurs le même dans l’Islam. Pendant les 40 premiers jours, le fœtus a un statut zéro, et à partir de là, le fœtus est considéré comme faisant partie du corps de la personne enceinte – c’est « comme la cuisse de sa mère ». Le fœtus est une extension de la personne enceinte jusqu’à la naissance. C’est comme ce vieux slogan « mon corps, mon choix » : c’est littéralement son corps ! Cela a un sens intuitif et résonne avec Chevreuil et Chez Casey délimitation que l’avortement est autorisé jusqu’à la viabilité. Il y a une certaine logique dans tout ça.

Je pourrais citer des millions de textes à travers les siècles. Nous voyons un langage indiquant que la douleur émotionnelle est tout aussi grave que la douleur physique dans la prise de décisions concernant l’avortement. Nous voyons que la dignité et la souffrance sont des raisons légitimes pour avorter.

Le judaïsme a répété à maintes reprises que la vie, la santé et la sécurité de la personne enceinte sont primordiales. Ses droits passent avant tout.

Que signifient ces nouvelles restrictions qui se produisent dans les États du pays pour les Juifs qui souhaitent se faire avorter ?

Ceci est une violation de nos droits du premier amendement. C’est définitivement une violation du libre exercice de la religion parce qu’il est non seulement vrai que ma religion me permet d’avorter chaque fois que c’est nécessaire, mais aussi parfois je suis obligée d’avorter pour sauver ma propre vie. L’éventail des situations dans lesquelles le judaïsme dirait : « oui, c’est le moment de partir, tu dois prendre soin de toi » est plus large que celui de l’État dans les endroits qui interdisent l’avortement.

Il y a aussi un problème de clause d’établissement, parce que l’État décide du début de la vie sur la base d’une interprétation chrétienne très spécifique de ce que cela signifie, mais comme je l’ai mentionné, le judaïsme a une façon totalement différente de penser à ce qu’est le fœtus et comment nous comprenons ce qu’est la vie et comment l’avortement s’y intègre. L’État préfère une philosophie religieuse et l’enchâsse comme politique et l’impose aux athées, aux hindous, aux bouddhistes, aux musulmans, aux juifs et à tous les autres, alors que nous sommes censés être un pays pour tous.

Existe-t-il d’autres éléments de la tradition juive qui vous obligent à défendre les droits reproductifs ?

Oui. Dans l’histoire de l’Exode, nous avons les Israélites quittant l’Égypte et qui reçoivent l’ordre de créer une nouvelle société. Ils disent, d’accord, nous partons de zéro, voici à quoi ressemblera une société juste. Toutes sortes de structures sont mises en place pour la justice économique. Ce que la Torah répète encore et encore, c’est de prendre soin de la veuve, de l’orphelin et de l’étranger. C’est l’intersectionnalité ancienne. La Torah sait qu’il y a des gens qui, en raison de leur sexe, de leur statut matrimonial ou parental, seront particulièrement vulnérables à la pauvreté.

Nous devons non seulement mettre en place des structures qui sont bonnes pour tout le monde, mais aussi veiller à ce que les personnes les plus touchées soient centrées et prises en charge, et que leurs besoins soient au cœur de notre travail pour créer la justice. Pour moi, travailler pour la justice de l’avortement, c’est être conscient que les personnes les plus impactées par les interdictions sont celles qui ont des difficultés financières ; sont noirs, autochtones et de couleur; les jeunes essaient-ils souvent de le faire autour de la surveillance parentale ; sont des hommes trans et certaines personnes non binaires ; sont des immigrants; sont des personnes handicapées ; sont des gens des communautés rurales. Nous devons toujours nous concentrer sur ceux qui sont les plus touchés.

Dans la conversation américaine, nous aimons parler de droits — de quels droits ai-je droit ? Dans le judaïsme, on parle de responsabilités et d’obligations. A quoi suis-je obligé ? Je me sens obligé de faire ce travail.

Quel rôle les chefs religieux juifs ont-ils joué pour aider les gens à obtenir l’accès à l’avortement à l’époque d’avant Chevreuil?

Avant de Chevreuil, il y avait un réseau appelé Clergy Consultation Service, qui était un réseau de rabbins et de ministres protestants travaillant pour aider les gens à accéder aux soins d’avortement. Ce travail ressemblait à un certain nombre de choses différentes selon l’endroit où se trouvaient les gens et les besoins. Il est très naturel que des rabbins fassent alors partie de l’activisme. Les rabbins de Repro se sont engagés à prêcher, à enseigner, à s’exprimer et à faire campagne au nom de la justice de l’avortement. Il est très important que nous luttions pour la justice de l’avortement non pas malgré notre judéité, mais à cause de cela.

Il y a un rabbin en Floride qui poursuit l’État, arguant que l’État proposition d’interdiction de 15 semaines sur l’accès à l’avortement est une violation de la liberté religieuse. Que pensez-vous de cela, et devrions-nous nous attendre à voir d’autres poursuites comme celle-ci se présenter?

Le Conseil national des femmes juives suit l’affaire de très près, avec beaucoup d’intérêt, et convient que l’interdiction de l’avortement est une violation de la liberté religieuse.

Y a-t-il quelque chose dans ce moment qui vous donne de l’espoir ?

Je crois en nous. Que puis-je dire ? Je sais que le pouvoir ne se brise pas facilement, je ne suis pas naïf.

Mais j’étudie l’histoire et je sais que lorsque suffisamment de personnes se réunissent et disent « non », des choses puissantes peuvent se produire. La sortie d’ici, cet endroit très étroit, va être dure, longue et douloureuse, et ce ne sera pas sans combat. Nous devons juste être prêts à nous présenter et être patients. Et continuez à vous présenter même si nous ne voyons pas de résultats aujourd’hui ou demain. Cela prend du temps et nous devons continuer à travailler.

La communauté juive est là pour ça. Nous nous montrons. Et je suis vraiment fier de nous.