Les voyageurs qui utilisent leur temps libre pour visiter des endroits comme la centrale nucléaire de Tchernobyl ou les zones de conflit actuelles disent qu’ils ne veulent plus une version aseptisée d’un monde troublé.