Actualité culturelle | News 24

Toronto aboie le mauvais arbre officiel – nous aurions dû choisir le pin, pas le chêne

L’arbre officiel de Toronto, après un vote public en ligne malheureusement presque entièrement ignoré, est le… chêne.

Cela ne me surprend pas, ni vous. Demandez à un Torontois de nommer un arbre et bien, que diriez-vous du chêne, quelque chose qu’il associe aux tonneaux de vin. Si vous leur demandiez de nommer un bois, ils diraient Ikea, ce qui signifie MDF (panneau de fibres à densité moyenne) avec un placage stratifié, mais Ikea ne fabrique pas (encore) d’arbres, alors prenons du chêne pour la victoire municipale.

Le sondage comprenait également l’érable, le bouleau et le pin. Je soupçonne que les gens ne voient pas l’érable comme un arbre mais comme une feuille. Je voulais voter pour Birch mais je ne voulais offenser personne.

D’autre part, les arbres de la ville sont pour la miction, les supports à vélos non officiels, les centres d’étouffement et de compression des racines, l’agrafage d’affiches et le marquage. Un bouleau blanc, donc très pelable, ne tiendrait pas une semaine.

Il restait le pin – il y avait deux types répertoriés par rapport à huit types de chêne – qui aurait été le meilleur choix. Nous sommes une ville d’hiver qui a besoin de conifères pour adoucir les angles de son architecture terne et carrée.

Un pin travaille dur chaque mois, tandis que les arbres à feuilles caduques envoient des veines et des artères nettes dans le ciel gris pendant la majeure partie de l’année, une sorte de “Le Cri” sous forme d’arbre.

Néanmoins, le chêne a gagné. Si solide, si sensible. Les armoiries de Toronto reflètent cela : le castor industrieux; l’aigle (le chêne du monde des oiseaux) ; le nid d’abeilles, représentant l’énergie et la productivité ; puis un choix particulier, l’ours, prétendument incarnant la force, la détermination et la protection de sa progéniture.

Les ours mangent les gens. C’est pour ça qu’ils sont connus. De plus, il n’y a pas d’ours à Toronto. S’il y en avait, ils seraient rapidement supprimés, alors qui trompons-nous ici ?

Il y a cependant des ratons laveurs, des mouffettes, des écureuils et des tamias, dont les derniers sont en fait alléchants et plutôt doux, répondant à mon petit sac d’amandes à High Park avec gratitude et des efforts remarquables pour ranger les joues.

Les humains ayant des concours alimentaires ; les tamias le gardent pour plus tard. N’est-ce pas le genre de travail presbytérien qui devrait faire atterrir un tamia sur les armoiries?

Cela ne m’étonne pas de voir nos armoiries dépourvues de Chippy le Chipmunk. Comme quelqu’un l’a dit, lorsque Toronto nommera son plat officiel, ce sera le sandwich. Notre roche officielle est le ciment, notre jeté officiel est la microfibre polaire et notre canapé officiel est celui que nous avons trouvé sur le trottoir, pouvez-vous le croire ?

Le slogan de Toronto est Diversity Our Strength, que j’aime bien, mais le problème est que personne ne le dit à haute voix, alors que les gens disent et chantent souvent « I love New York ». Je pense aux villes que j’aime. Le slogan de Lisbonne, tout à fait chantant, est Mui Nobre et Semper Lealou Très Noble et Toujours Fidèle.

Le vrai slogan de Toronto est “Fix The Bins”. Ils ne le feront pas, vous savez.

Si Toronto veut révéler son essence au monde, pourquoi ne fait-elle pas un sondage pour nommer le matériau de terrasse officiel de la ville ? Votez pour le bois traité sous pression, le Trex ou le cèdre.

Il s’agit d’une forme abrégée du système de classes de Toronto. Il y a trois réponses éligibles : “Eh bien, c’est moins cher”, “Vous allez le regretter” et “Ne sommes-nous pas fantaisistes”.

Mais dans la vraie vie, c’est “Pas si bon marché dans la pandémie”, “Je le fais déjà” et “Oui”.

Certaines personnes à Toronto veulent pouvoir boire légalement dans le parc, leurs couvertures de pique-nique territoriales étalées sous un joli chêne, car elles sont confinées sur des balcons tandis que d’autres ont des arrière-cours. Ce sont les mêmes personnes qui soutiennent les campements de tentes.

En effet, un activiste a tweeté qu’il était classiste et peut-être capacitiste d’interdire l’alcool en plein air. Sans alcool, a-t-elle dit, les personnes dans les campements pourraient finir par traverser un delirium tremens.

Face à de tels arguments, le maire John Tory et le conseil municipal ont reporté la décision d’un an. Et c’est pourquoi Toronto ne peut pas et n’aura jamais de belles choses. C’est trop d’ennuis.