Skip to content

SILVERSTONE, Angleterre (Reuters) – La Formule 1 envisage de ramener le ravitaillement en course dans le cadre des modifications du règlement à compter de 2021 et Jean Todt, président de la FIA, a déclaré vendredi qu'il serait favorable.

Todt veut voir un retour au ravitaillement en F1

Le président de la FIA, Jean Todt, assiste à une conférence de presse à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 7 décembre 2018. REUTERS / Anton Vaganov

Le ravitaillement en carburant a été interdit en 2010 pour des raisons de coût et de sécurité et les tentatives faites pour le réintroduire depuis lors, afin de rendre les voitures plus légères et plus rapides ainsi que pour donner aux équipes plus d'options stratégiques, ont échoué.

"Les voitures deviennent probablement un peu trop lourdes", a déclaré Todt aux journalistes lors du Grand Prix de Grande-Bretagne. «C'est quelque chose dont nous avons discuté.

"J'insiste pour que nous analysions ce que cela signifierait si nous réintroduisions le ravitaillement en carburant", a ajouté le Français.

"Parce que si vous réintroduisez le ravitaillement en carburant, vous aurez des voitures plus légères au début de la course et vous pourrez avoir des voitures plus petites."

Le quintuple champion du monde de Mercedes, Lewis Hamilton, qui a récemment assisté à une réunion des parties prenantes de la Formule 1 pour discuter des modifications des règles, s’est souvent plaint du fait que les voitures étaient trop grandes et trop lourdes.

Les conducteurs n'aiment pas non plus avoir à ralentir les gaz pour économiser du carburant plutôt que de pouvoir faire le plein.

Dans le passé, le ravitaillement en carburant a nécessité l'utilisation de plates-formes lourdes et d'un équipage supplémentaire dans la fosse, ce qui entraîne des coûts supplémentaires pour le transport de l'équipement dans le monde entier. Il y a aussi des considérations de sécurité, avec les flambées de la voie des stands un danger.

Les équipes ont voté sur la question en 2015, avec une proposition de réintroduction à partir de 2017, mais ont décidé collectivement que ce ne serait pas une bonne chose.

«Parfois, j'entends dire que ce sera plus cher et honnêtement, ça me fait sourire», a déclaré Todt.

«Quand je vois la taille des camping-cars (de l’équipe), je ne pense pas que c’est vraiment le prix qui va tuer.»

Les équipes utilisent des «camping-cars» somptueux, dont certains sont des palais à la façade en verre qui s'étendent sur trois niveaux et sont très éloignés des maisons mobiles d'origine, en tant que siège du paddock et des invités VIP.

Interrogé plus avant, Todt a déclaré que son sentiment personnel était que "nous devrions aller faire le plein d'essence".

"Mais je suis heureux d'avoir une très bonne enquête, avec un avantage et un inconvénient que nous ferons", a-t-il ajouté.

Dans d’autres commentaires, l’ancien patron de l’équipe Ferrari a déclaré ne pas ressentir le besoin d’une réinvention radicale pour l’avenir.

Il a ajouté que bien que les essais sur piste aient été réduits, les simulateurs étaient désormais trop utilisés dans les usines.

«De jour comme de nuit, les gens installent des boîtes de vitesses et des moteurs sur des installations de simulateur. Ensuite, vous avez 40, 50, 60 personnes dans l’usine qui analysent … Je pense que ce n’est pas quelque chose dont nous avons besoin ", at-il ajouté.

En ce qui concerne une éventuelle extension du calendrier au-delà de 21 courses, le Français a déclaré qu'il ne s'agissait "pas tant d'une question de nombre, mais de bonnes salles".

Il salue le nouvel accord de cinq ans conclu avec Silverstone, qui est un triomphe du bon sens. Il s'est dit "peu inquiet" pour le Grand Prix d'Italie à Monza, un autre lieu historique, pour des raisons similaires.

Rapport par Alan Baldwin, édité par Christian Radnedge

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *