Tirs de Hanau: l’Allemagne célèbre un an depuis l’attaque d’extrême droite

L’Allemagne a marqué le premier anniversaire des fusillades de masse à Hanau par un événement commémoratif.

Des hauts responsables gouvernementaux et des chefs religieux font partie des cinquante personnes qui se sont rassemblées vendredi au centre des congrès de Hanau, près de Francfort, pour marquer l’événement.

Neuf personnes ont été abattues par un extrémiste d’extrême droite dans deux bars à chicha de la ville dans la nuit du 19 février 2020. Toutes les victimes étaient d’origine étrangère, lors de la seule attaque raciste la plus meurtrière de l’Allemagne d’après-guerre.

Le tireur de 43 ans aurait alors tué sa propre mère à leur domicile avant de se suicider.

Le ministère allemand de l’Intérieur a déclaré qu’il traitait la fusillade comme un acte de terrorisme intérieur, qui est intervenu quatre mois à peine après qu’un tireur d’extrême droite ait ciblé une synagogue dans la ville de Halle, tuant deux personnes.

L’attaque a provoqué un choc généralisé dans toute l’Allemagne et a ravivé les craintes de l’extrémisme de droite dans le pays.

Les militants antiracistes ont appelé à une répression des discours de haine après qu’il ait été révélé que l’attaquant avait publié un «manifeste» raciste en ligne avant de commettre les tirs.

La police avait également trouvé des documents remplis de théories du complot et d’opinions d’extrême droite au domicile du suspect. Selon le parquet allemand, le suspect a agi seul, bien qu’une enquête soit toujours en cours.

« C’était un crime de haine, un crime de haine raciste », a récemment déclaré la chancelière Angela Merkel, promettant « d’améliorer les structures de l’Etat pour lutter contre l’extrémisme de droite ».

Les proches des victimes ont exigé une «explication complète» des autorités et se sont demandé pourquoi l’auteur avait possédé une arme légalement en dépit de graves problèmes psychologiques.

« Nous avons besoin d’une prise de conscience plus forte de la part des autorités » que « les attaques d’extrême droite, par exemple contre les musulmans, ne sont pas des menaces abstraites, mais des menaces concrètes », a déclaré Aiman ​​Mazyek, président du Conseil central des musulmans.

Lors de la commémoration de vendredi, le chef de l’église protestante allemande, Heinrich Bedford-Strohm, a également appelé à la vigilance et à la prise de conscience du racisme caché dans la société.

« Nous avons presque oublié ce qui s’est passé à l’époque », a-t-il déclaré dans un message vidéo, « mais les proches des victimes souffrent encore aujourd’hui ».

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier devait également prendre la parole lors de la cérémonie commémorative à Hanau pour exprimer sa solidarité avec les victimes et leurs proches.

Dans l’ensemble, la criminalité d’extrême droite en Allemagne en 2020 a atteint son plus haut niveau depuis 2001. Il y a eu plus de 23 000 actes à motivation raciste, antisémite ou antidémocratique l’année dernière, selon Petra Pau, vice-présidente du Bundestag allemand. .