Skip to content

Une Tesla Model 3 est exposée lors de l'Auto China 2018 au China International Exhibition Center le 25 avril 2018 à Pékin, en Chine.

VCG / VCG | Getty Images

Tesla a fustigé les plaintes des clients selon lesquelles ses voitures pourraient soudainement accélérer leur propre lundi, qualifiant les rapports de "complètement faux".

Les 127 plaintes concernant l'accélération soudaine des véhicules Tesla sont contenues dans une pétition appelant à une enquête fédérale sur les défauts du dossier. L'investisseur indépendant Brian Sparks, qui a déclaré à CNBC la semaine dernière qu'il était actuellement en rupture de stock de Tesla, a soumis la pétition à la National Highway Traffic Safety Administration.

Tesla a déclaré lundi dans un communiqué avoir discuté "de la majorité des plaintes alléguées dans la pétition" avec la NHTSA. La société a déclaré avoir examiné les données sur tous les incidents pour lesquels des données sont disponibles, mais n'a pas fourni de détails sur ces données.

"Cette pétition est complètement fausse et a été présentée par un vendeur à découvert de Tesla", a indiqué la société dans le communiqué. "Nous enquêtons sur chaque incident où le conducteur nous prétend que son véhicule a accéléré contrairement à ses informations, et dans tous les cas où nous avions les données du véhicule, nous avons confirmé que la voiture fonctionnait comme prévu."

Sparks a déclaré à CNBC lundi, après que Tesla a démenti: "Je suis encouragé par l'engagement de Tesla de continuer à coopérer avec la NHTSA, et je m'attends à ce que nous apprenions bientôt pourquoi les propriétaires de Tesla signalent une accélération involontaire beaucoup plus fréquemment que les propriétaires d'autres véhicules."

Les plaintes contenues dans la pétition, lorsqu'elles sont comptabilisées, allèguent que l'accélération involontaire des voitures Tesla peut avoir contribué ou causé 110 accidents et 52 blessures. Tesla a fourni peu de détails sur la façon dont elle a déterminé que les plaintes étaient fausses.

"Je suis préoccupé par le fait que ces plaintes reflètent un défaut systémique qui n'a pas été examiné par la NHTSA", a écrit Sparks dans la pétition. "Je suis également préoccupé par le fait que ces défauts potentiels représentent un risque pour la sécurité des conducteurs de Tesla, de leurs passagers et du public."

Tesla a déclaré que le problème n'était pas propre aux véhicules Tesla et a affirmé qu'il était courant que les conducteurs déposent des plaintes lorsqu'ils frappaient accidentellement l'accélérateur. La société a ajouté que sa technologie de pilote automatique fonctionne pour empêcher les applications accidentelles de la pédale d'accélérateur.

La NHTSA a déclaré, dans un avis sur la pétition, que la portée de ces allégations est large et pourrait s'appliquer à 500000 véhicules Tesla, y compris les berlines et VUS Model 3, Model S et Model X, fabriqués de 2013 à 2019.

Une fois qu'elle aura évalué le contenu de la pétition, la NHTSA – qui a le pouvoir d'imposer des rappels de véhicules ou des rappels de composants et d'autres technologies dans des véhicules – décidera si elle doit ouvrir une enquête officielle. S'il décide de ne pas proposer d'enquête officielle, il devrait dire pourquoi, avec une inscription dans un registre fédéral. L'enquêteur de la NHTSA chargé d'évaluer la pétition est Ajit Alkondon.

Historiquement, le ministère des Transports (et la NHTSA) reçoit une multitude de plaintes concernant d'éventuels incidents d'accélération involontaire dans un grand nombre de véhicules.

Les deux ont évalué les véhicules Toyota et Lexus dans les années 2000 pour déterminer si des défauts dans leurs systèmes électriques ont entraîné une accélération soudaine et des accidents. De nombreux incidents que les conducteurs attribuent à une accélération involontaire, après enquête, se révèlent être causés par des erreurs de conduite, comme une mauvaise application de la pédale.

Les véhicules Tesla incluent des technologies plus récentes, telles que le système avancé d'assistance à la conduite de la société, le pilote automatique et l'accélération en "mode Ludicrous", qui permettent aux conducteurs de certaines variantes du modèle 3 de passer de 0 à 60 mph en moins de 4 secondes.