Skip to content

(Reuters) – T-Mobile US (TMUS.O) et Sprint Corp (S.N) a déclaré jeudi qu'ils s'étaient mis d'accord sur de nouvelles conditions de fusion qui réduiraient la participation de l'actionnaire principal de Sprint SoftBank, tout en laissant l'offre aux autres actionnaires inchangée.

T-Mobile et Sprint modifient les conditions de fusion, SoftBank prend un coup

PHOTO DE FICHIER: Des smartphones avec les logos de T-Mobile et Sprint sont visibles dans cette illustration prise le 19 septembre 2017. REUTERS / Dado Ruvic / Illustration

Dans le cadre de l'accord révisé, SoftBank (9434.T) détiendra environ 24% de l'entité combinée, contre 27% dans les conditions précédentes. La société mère de T-Mobile, Deutsche Telekom (DTEGn.DE) détiendra environ 43% de l'entité combinée, contre 42% que détiendrait le groupe allemand.

Les actions de Sprint ont augmenté de 5% à 9,95 $, tandis que T-Mobile a chuté de 1,5% à 98 $ après la cloche.

SoftBank a accepté de céder environ 48,8 millions d'actions T-Mobile acquises dans le cadre de la fusion à la nouvelle société après la clôture de l'opération, modifiant le rapport d'échange à 11 actions Sprint pour chaque action T-Mobile, plus élevé que les 9,75 actions initialement convenues.

Les actionnaires de Sprint autres que SoftBank continueront de recevoir le rapport d'échange d'origine.

SoftBank peut récupérer les actions si la société fusionnée atteint les jalons du cours des actions, ont déclaré les sociétés sans divulguer les détails.

Selon certaines sources, SoftBank a accepté le changement pour éviter de retarder la clôture de la fusion. Si le ratio pour les actionnaires ordinaires de Sprint était modifié, une nouvelle opinion d'équité et un vote des actionnaires auraient pu être nécessaires, ce qui aurait pu retarder la clôture de quatre mois.

Les sociétés espèrent désormais fermer le 1er avril.

Le Wall Street Journal a d'abord rapporté la nouvelle.

La semaine dernière, un juge fédéral a approuvé l'accord de fusion, rejetant la réclamation d'un groupe d'États selon laquelle la transaction proposée violerait les lois antitrust et ferait augmenter les prix.

New York a abandonné dimanche sa lutte contre la fusion des opérateurs de téléphonie sans fil américains, affirmant que l'État ne ferait pas appel de l'approbation du juge par le juge.

Le PDG de Deutsche Telekom, Tim Hoettges, a déclaré mercredi que le nouveau T-Mobile aurait une valeur de marché d'environ 120 milliards de dollars. Cela se compare à 274 milliards de dollars pour AT&T (T.N) et 242 milliards de dollars pour Verizon <VZ.N

(Cette histoire a été réenregistrée pour supprimer les mots superflus dans le premier paragraphe).

Rapports de Neha Malara et Sanjana Shivdas à Bengaluru; rapports supplémentaires de Greg Roumeliotis et Peter Henderson; Montage par Shailesh Kuber et Cynthia Osterman

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *