Skip to content
La lecture multimédia n’est pas prise en charge sur votre appareil

Légende du médiaDes dizaines de personnes arrêtées en Biélorussie alors qu’elles descendaient dans la rue à l’occasion des élections du 9 août, largement soupçonnées d’avoir été truquées

Une chef de l’opposition biélorusse exilée, Svetlana Tikhanovskaya, a été invitée à s’adresser vendredi au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Elle s’exprimera via un lien vidéo à l’invitation de l’actuel membre Estonie, rapporte l’agence de presse Reuters.

Mme Tikhanovskaya a été contrainte de quitter la Biélorussie après avoir perdu face au vétéran Alexander Lukashenko lors de l’élection présidentielle contestée de ce mois-ci.

Les militants pro-démocratie ont juré de forcer M. Loukachenko à quitter ses fonctions.

  • Que se passe-t-il en Biélorussie?
  • Choqués par la violence, les Biélorusses perdent leur peur
  • Le plus ancien dirigeant d’Europe sous le feu

Ils disent qu’ils sortiront dans les rues chaque semaine jusqu’à ce qu’il parte.

Des dizaines de milliers de personnes ont occupé dimanche le centre de la capitale Minsk pour la troisième semaine consécutive pour protester contre sa victoire, et des dizaines ont été arrêtés là-bas et dans d’autres villes. Au moins quatre personnes sont mortes et des centaines ont été blessées dans les troubles de ce mois-ci.

L’Estonie, la Lituanie et la Lettonie vont annoncer lundi des sanctions de voyage à l’encontre d’une trentaine de responsables biélorusses, dont M. Loukachenko, selon l’agence de presse Reuters.

M. Loukachenko dirige l’ancienne république soviétique de Biélorussie depuis 1994, entretenant des relations étroites avec la Russie voisine, sur laquelle le pays dépend fortement pour l’approvisionnement énergétique et le commerce.

Où parle Tikhanovskaya?

L’équipe de presse de Mme Tikhanovskaya a annoncé à la fois son intention de prononcer un discours devant le Conseil de sécurité de l’ONU le 4 septembre et un discours à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe le 8 septembre.

La Russie, principal soutien du président Loukachenko, est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, et on ne sait pas si elle tentera d’empêcher le politicien biélorusse de parler.

Lundi dernier, Mme Tikhanovskaya a déclaré à la commission des affaires étrangères du Parlement européen que l’intimidation du gouvernement ne pouvait pas arrêter les manifestants. « Nous ne reculerons pas », a-t-elle dit, parlant depuis la capitale lituanienne Vilnius. « Nous exigeons le respect de nos droits fondamentaux. Nous exigeons que tous les prisonniers politiques soient libres. »

Depuis son arrivée en Lituanie, le chef de l’opposition a appelé les Bélarussiens à continuer de manifester pacifiquement contre M. Loukachenko.

Copyright de l’image
EPA

Légende

Svetlana Tikhanovskaya

Les autorités électorales ont donné à M. Lukashenko 80% des voix, mais Mme Tikhanovskaya a déclaré qu’elle avait remporté 60 à 70% sur la base de résultats correctement comptés.

Dimanche, jour du 66e anniversaire du président, les manifestants ont affronté la police anti-émeute à Minsk et au moins 140 arrestations ont été effectuées.

Les manifestants ont scandé « la honte » et « partir » dans des bras de fer avec la police.

Samedi, les autorités ont retiré l’accréditation de 17 journalistes, pour la plupart des citoyens biélorusses qui avaient fait des reportages pour des médias étrangers, dont deux journalistes du service russe de la BBC.

Le président russe Vladimir Poutine a téléphoné à M. Loukachenko le jour de son anniversaire et l’aurait invité à se rendre à Moscou.

Cela semble être le dernier signe du soutien du Kremlin à un président qui n’a pas toujours été perçu positivement par la Russie.