Sonné ? La ville française vote pour résoudre le problème des cloches des églises de nuit

Les habitants d’un quartier d’une ville de la région centrale de l’Auvergne en France votaient cette semaine sur une question locale avec résonance – si les cloches de l’église étaient autorisées à sonner la nuit. La controverse a commencé au printemps lorsqu’un nouveau venu dans la ville de Ceyrat a exprimé son mécontentement face aux carillons toutes les demi-heures jour et nuit, affirmant qu’il avait compté un total de 600 carillons et se plaignant qu’ils étaient trop forts. Une pétition puis une contre-pétition ont été signées conduisant au vote du lundi au vendredi.

« Êtes-vous favorable à ce que les cloches de l’église s’arrêtent la nuit ? » est la question qui sera posée à des centaines d’habitants vivant à portée de voix de l’église de Ceyrat.

Le vote ordonné par la maire Anne-Marie Picard décidera si les cloches de l’église se taisent entre 22h00 et 7h00 dans le quartier de Boisséjour, a indiqué à l’AFP Christophe Serre de la mairie.

« Chaque foyer — quelque 300 personnes — aura le droit de voter et le maire obéira au résultat après le dépouillement en présence d’un huissier pour éviter toute contestation », a-t-il précisé.

Des bureaux de vote ont été installés à la poste, à la mairie et à la cantine scolaire.

Le nouveau venu de la ville a lancé une pétition pour exiger la fin des carillons, mais une contre-pétition a recueilli quelque 300 signatures pour qu’ils restent.

Serre a déclaré que la fréquence des carillons était réglementée par arrêté municipal et « compte tenu des divergences d’opinion, le maire voulait l’avis des citoyens ».

Il y a eu de nombreux cas ces dernières années de tensions entre les traditions de la France rurale et des citadins, qui ont une résidence secondaire à la campagne mais une tolérance moindre pour certaines de ses images, ses odeurs et ses sons.

Dans le cas le plus célèbre, un coq appelé Maurice a acquis une renommée nationale après que son coq-a-doodle-doos à l’aube a tellement agacé un couple avec une maison de vacances dans l’ouest de la France qu’ils ont poursuivi le propriétaire en justice.

Maurice le coq est décédé en 2020 mais a vécu pour voir la plainte déposée contre lui rejetée.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les dernières nouvelles et les nouvelles sur le coronavirus ici. Suivez-nous sur Facebook, Twitter et Télégramme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *