Snow Leopardess décroche le thriller Becher Chase à Aintree |  Nouvelles de course

Il n’y a rien de plus beau qu’un audacieux avant-coureur de saut d’obstacles qui passe clairement le temps de sa vie sur les clôtures du Grand National et c’est encore mieux quand ils s’accrochent à la victoire comme Snow Leopardess a réussi dans l’Unibet Becher Handicap Chase à Aintree.

Son histoire est maintenant bien connue – après s’être montrée prometteuse au début de sa carrière dans les bumpers et sur les haies, qui comprenait un succès de deuxième année à Newbury et une victoire en France, elle a ensuite été hors piste pendant deux ans en raison d’une blessure.

Cependant, plutôt que de se contenter de convalescence, son temps passé sur la touche a été utilisé à bon escient et elle a été envoyée au haras pour rendre visite au vainqueur du Derby Sir Percy, avec la pouliche résultante maintenant âgée de deux ans.

Après avoir fait ses devoirs maternels Snow Leopardess a été remis aux soins de Charlie Longsdon et bien que ce ne soit pas une situation unique, il est certainement rare que la jument ait toujours le même goût pour la course, certainement à un niveau élevé.

Mais le gris de neuf ans est revenu mieux que jamais. Elle a gagné à Haydock en terrain profond la saison dernière, a terminé deuxième au Rowland Meyrick et quatrième au Cheltenham Festival et a atteint de nouveaux sommets cette année.

Pour la première fois à Bangor, son saut à talons ressorts était une fois de plus à l’honneur et si un cheval était une certitude à emmener aux barrières nationales, c’était bien elle.

Effectivement, elle les a dévorés, faisant d’énormes sauts lorsqu’elle les rencontrait dans la foulée et montrant sa polyvalence lorsqu’elle se rapprochait.

Avec un demi-mile à parcourir, la moitié du peloton avait assez pleuré alors que Snow Leopardess jouissait d’une avance de 10 longueurs – mais Aidan Coleman tenait à économiser un peu pour le célèbre rodage, permettant à Hill Sixteen et au renaissant Ryan Mania de se rapprocher deux longueurs.

La jument semblait avoir fait assez d’efforts pour atteindre le coude, mais comme tant d’autres avant, elle a trouvé les 100 derniers mètres les plus difficiles alors que Hill Sixteen gagnait à chaque foulée, n’y parvenant finalement qu’avec un nez.

Coleman a déclaré: « C’étaient des conditions difficiles et elle s’est juste sentie seule après la dernière, la pauvre. J’aurais été absolument malade si nous avions été battus.

« Je me disais que c’était le plus amusant de ma vie de ne pas gagner ! Elle le mérite vraiment. »

Longsdon était ravi du résultat car le favori 4-1 a mis en œuvre un plan à long terme. Qu’elle participe au Grand National, pour lequel Betfair lui a donné un devis de 25-1, est une autre affaire.

« Elle s’est sentie seule devant et sur ce terrain vous le faites, n’est-ce pas, mais elle a magnifiquement sauté. C’est le plan depuis longtemps. Je suis perdu pour les mots. C’est une jument très, très spéciale », a-t-il déclaré. mentionné.

« Elle a gagné en Angleterre, en Irlande et en France, a eu deux fois des blessures aux jambes (des tendons), a eu un poulain… vous l’appelez, elle l’a eu. Mais la revoilà, en compétition avec les meilleurs.

« Aidan a dit qu’il se serait donné un coup de pied si elle s’était fait battre, mais c’est un mec. C’est une personne dans une vie pour un jardin de taille moyenne comme le nôtre.

« Elle était très intelligente devant tout le tour, si rapide sur ses pieds. Que fait-elle maintenant ? Bonne question, je n’en ai aucune idée ! Le Grand National est l’évidence, mais le propriétaire s’en méfie et elle n’a pas besoin d’y aller.

« Elle devra avoir une entrée, mais elle s’inquiète pour 40 coureurs sur le terrain et je peux le comprendre. Surveillez cet espace. »

Racontant la vie mouvementée de son gagnant à ce jour, il a poursuivi: « Elle a remporté une Listed à Gowran, a remporté une novice de deuxième année à Newbury, est allée à Auteuil à l’automne et a ramassé une jambe là-bas. Puis elle est allée et a eu un poulain à Sir Percy qui est maintenant une pouliche de deux ans.

« Elle est revenue et a eu à nouveau un léger contact. Elle est donc revenue et est partie à la poursuite. La saison dernière, elle a gagné à Haydock dans des conditions épouvantables, est arrivée deuxième au Rowland Merrick, a gagné à Bangor et a toujours aimé qu’elle saute.

« C’est un mec de jument – pas mal pour une mère qui travaille. Ce sera intéressant si elle s’entraîne toujours la saison prochaine et que sa fille s’entraîne aussi. S’ils s’entraînent ensemble, ce sera une rareté. »

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.