Dernières Nouvelles | News 24

Six pays de l’OTAN annoncent un plan de défense de leurs frontières

Les pilotes de la division « Sharp Kartuza » de drones kamikaze FPV préparent des drones pour un vol de combat le 16 mai 2024 dans la région de Kharkiv, à 8 km de la frontière avec la Russie.

Libkos | Actualités Getty Images | Getty Images

Six pays de l’Otan voisins de la Russie unissent leurs forces pour construire un « mur de drones » afin de protéger leurs frontières, a annoncé vendredi le ministre lituanien de l’Intérieur.

« Il s’agit d’une chose complètement nouvelle, un mur de drones s’étendant de la Norvège à la Pologne, et le but est d’utiliser des drones et d’autres technologies pour protéger nos frontières », a déclaré la ministre lituanienne de l’Intérieur, Agne Bilotaite, dans une interview à l’agence de presse locale BNS.

« Non seulement avec des infrastructures physiques, des systèmes de surveillance, mais aussi avec des drones et d’autres technologies, qui nous permettraient de nous protéger contre les provocations de pays hostiles et d’empêcher la contrebande », a-t-elle déclaré.

Les autres États participants sont les voisins baltes de la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie, ainsi que la Pologne, la Finlande et la Norvège.

Les détails tels que le financement, le calendrier et les aspects techniques du projet n’ont pas été fournis, mais Bilotaite a déclaré que les fonds européens pourraient jouer un rôle et que chaque pays devait faire ses « devoirs ».

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision finlandaise Yle, citée par le Financial Times, la ministre finlandaise de l’Intérieur, Mari Rantanen, a déclaré que le projet de mur de drones « s’améliorerait avec le temps ».

La Finlande, qui a rejoint l’OTAN en 2023, partage une frontière de 832 milles avec la Russie.

Les ministres de l’Intérieur des six pays participant au projet de mur de drones se sont réunis les 23 et 24 mai à Riga, la capitale lettone. Ils ont discuté des menaces sécuritaires ainsi que de la question des tactiques non militaires telles que la « migration instrumentalisée », citant des cas où la Russie ou la Biélorussie ont envoyé des masses de demandeurs d’asile sans papiers en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient au-delà de leurs frontières.

« Notre objectif est de garantir que la Finlande dispose de moyens efficaces pour faire face aux situations dans lesquelles la migration instrumentalisée est utilisée pour faire pression sur la Finlande », a déclaré Rantanen dans un communiqué lors de l’événement.

« Le phénomène de migration instrumentalisée aux frontières extérieures de l’UE constitue un défi commun à nos pays. La Finlande souhaite également trouver des solutions au niveau de l’UE pour lutter contre ce phénomène. »


Source link