Skip to content

Un employé de l'usine de turbines à gaz de Siemens le 8 janvier 2010 à Berlin, en Allemagne.

Sean Gallup | Getty Images

Siemens a annoncé une baisse de 3% de son bénéfice net au cours de son premier trimestre fiscal, pénalisée par la faiblesse des secteurs de l'automobile et de l'énergie, alors qu'elle entame une assemblée des actionnaires déprimée par les protestations.

Le bénéfice net pour la période d'octobre à décembre 2019 s'est établi à 1,09 milliard d'euros (1,2 milliard de dollars) avec des commandes à 24,76 milliards d'euros, en baisse de 2% par rapport à la même période de l'année précédente.

Le conglomérat basé à Munich a confirmé ses perspectives pour une année complète de "croissance modérée des revenus comparables, nette de la conversion des devises et des effets de portefeuille". Sur une base comparable hors conversion de devises et effets de portefeuille, les commandes diminuent de 4% par rapport à l'année précédente et le chiffre d'affaires est en baisse de 1%, mais le carnet de commandes atteint un nouveau record à 149 millions d'euros.

Le PDG Joe Kaeser a déclaré dans le rapport sur les résultats qu'un ralentissement du premier trimestre fiscal était attendu, la faiblesse de l'énergie renforçant les priorités de l'entreprise. Siemens prévoit de scinder sa division gaz et électricité et de la fusionner avec sa participation de 59% dans Siemens Gamesa Renewable Energy pour créer Siemens Energy, qui sera cotée à la bourse allemande en septembre comme prévu.

Les actions de Siemens ont légèrement baissé de 0,2% mercredi matin, tandis que Siemens Gamesa a grimpé de 2,3% et Siemens Health a ajouté 1,6%.

Réunion d'actionnaires Testy

La multinationale allemande a également eu son assemblée annuelle des actionnaires à Munich mercredi, où elle a fait face à des protestations contre l'association de Siemens avec l'exploitant de la mine de charbon australienne Adani et son projet controversé Carmichael.

Plus tôt cette semaine, 19 groupes de santé prônant une action contre le changement climatique ont publié une lettre ouverte à Siemens pour l'exhorter à mettre fin à ses relations commerciales avec Adani, après que la société a confirmé en janvier qu'elle irait de l'avant avec son contrat de 30 millions de dollars pour fournir la technologie de signalisation au chemin de fer de la mine de charbon.

La mine a également fait face à l'opposition de groupes autochtones australiens après avoir affirmé que le projet était soutenu par la population autochtone.

Dans son discours aux actionnaires mercredi, Kaeser a souligné que la société avait enregistré une baisse de 41% des émissions de CO2 depuis l'exercice 2014 et que 637 millions de tonnes d'émissions de CO2 avaient diminué au cours de l'exercice 2019 des clients, affirmant que la société était "au centre de l'opinion publique". débat parce que nous avons accepté un ordre. "

"Certes, nous n'avons pas pu voir correctement l'image globale de cette commande dans le temps, mais c'est aussi un fait que nous respectons toutes les dispositions légales et que la mine Carmichael a en fait reçu tous les permis nécessaires des autorités australiennes", a-t-il déclaré. , réitérant l'affirmation selon laquelle la "grande majorité" de la population autochtone de la région avait approuvé le projet.

Il a ajouté que l'entreprise devait mieux se préparer aux ramifications de la participation "directement ou indirectement" à des projets controversés, et a annoncé un investissement de 1 milliard d'euros pour évaluer la durabilité de toutes les chaînes d'approvisionnement de Siemens.