Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

TEL AVIV — Un vétéran journaliste palestinien américain a été tué par les forces israéliennes alors qu’il couvrait un raid militaire en Cisjordanie occupée, a déclaré vendredi une porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, résumant les résultats de l’enquête du bureau sur la mort par balle en mai de Shireen Abu Akleh, correspondante d’Al Jazeera.

Abu Akleh n’a pas été abattu “par des tirs aveugles de Palestiniens armés, comme l’avaient initialement affirmé les autorités israéliennes”, a déclaré Ravina Shamdasani dans un communiqué.

Correspondant avec des décennies d’expérience pour le réseau d’information Al Jazeera couvrant le conflit israélo-palestinien, Abu Akleh a été tué d’une balle dans la tête tôt le matin du 11 mai, alors qu’il couvrait un reportage israélien raid sur la ville cisjordanienne de Jénine. Des témoins ont déclaré que le feu semblait provenir d’un convoi de véhicules militaires israéliens, mais les responsables israéliens ont d’abord déclaré qu’elle avait probablement été tuée par des tirs palestiniens, avant de faire marche arrière et de dire qu’il était possible qu’elle ait été abattue par un soldat israélien par inadvertance.

Les conclusions de l’ONU – qui comprenaient la découverte que “plusieurs balles simples, apparemment bien ciblées” avaient été tirées sur Abu Akleh et trois autres journalistes sous la direction des forces israéliennes – reflétaient les conclusions de plusieurs enquêtes indépendantes, dont une revue par le Washington Post , qui a conclu que les troupes israéliennes avaient probablement tiré le coup mortel.

Jeudi, 24 sénateurs américains a envoyé une lettre au président Biden exhortant les États-Unis à être “directement impliqués dans l’enquête” sur la mort d’Abu Akleh. La lettre, citant l’absence de progrès vers la mise en place d’une enquête indépendante – et le fait qu’Abou Akleh était une Américaine – a déclaré que le gouvernement américain “a l’obligation de veiller à ce qu’une enquête complète, impartiale et ouverte sur sa mort par balle soit menée. »

Le jour où Abu Akleh a été tué, le porte-parole des Forces de défense israéliennes, Ran Kochav, a d’abord reconnu l’incident dans un tweet à 7 h 45, déclarant : « La possibilité que des journalistes aient été blessés, peut-être par des tirs palestiniens, fait l’objet d’une enquête.

Plus tard dans la matinée, il a déclaré à la radio de l’armée qu’il était “probable” qu’un tireur palestinien en soit responsable. À la fin de la journée, le ministre de la Défense Benny Gantz est revenu sur ces affirmations et a déclaré qu’un soldat israélien aurait également pu être responsable du tir mortel.

Une semaine après le meurtre, cependant, l’armée a déclaré qu’elle n’avait trouvé aucune preuve de conduite criminelle dans le meurtre et qu’il n’y aurait donc pas d’enquête de la police militaire.

“Plus de six semaines après l’assassinat de la journaliste Shireen Abu Akleh et la blessure de son collègue Ali al-Samoudi à Jénine le 11 mai 2022, il est profondément troublant que les autorités israéliennes n’aient pas mené d’enquête pénale”, indique le communiqué de l’ONU. a déclaré le Bureau des droits.

L’examen du Post – basé sur un examen de cinq douzaines de vidéos, de publications sur les réseaux sociaux et de photos de l’événement, de deux inspections physiques de la zone et de deux analyses acoustiques indépendantes – a révélé qu’un soldat israélien avait probablement tiré et tué Abu Akleh. Les analyses audio de ce qui était probablement les coups de feu mortels indiquaient qu’une personne tirait à une distance estimée qui correspondait presque à l’intervalle entre les journalistes et le convoi de Tsahal.

L’examen du Post n’a trouvé aucune preuve d’activité de Palestiniens armés dans le voisinage immédiat de l’endroit où Abu Akleh et un groupe d’autres journalistes se tenaient avant le meurtre.

“Les auteurs doivent être tenus responsables”, a déclaré le communiqué de l’ONU.

Fahim a rapporté d’Istanbul.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
S'il y a une plainte concernant une actualité ou si vous souhaitez la supprimer ou la corriger, n'hésitez pas à nous contacter