Shilpa Shetty brise le silence sur une affaire de tricherie de Rs 1,5 crore contre elle et Raj Kundra

Shilpa Shetty Kundra a finalement abordé l’affaire de tricherie de 1,51 crore de roupies déposée par un homme d’affaires contre elle et Raj Kundra, alléguant tricherie et falsification. Elle a publié un commentaire officiel à ce sujet sur Twitter, rejetant tout comportement de ce type de la part du couple.

La déclaration se lit comme suit : « Je me suis réveillé avec une FIR enregistrée à Raj et mon nom ! Choqué! Pour remettre les pendules à l’heure, SFL fitness, une entreprise dirigée par Kashiff Khan. Il avait pris les droits de dénomination de la marque SFL pour ouvrir des salles de fitness SFL dans tout le pays. Tous les accords ont été conclus par lui et il était signataire dans les affaires bancaires et courantes. Nous ne sommes pas au courant de ses transactions et nous n’avons pas reçu une seule roupie de sa part pour la même chose. Tous les franchisés sont directement liés à Kashiff. La société a fermé en 2014 et était entièrement gérée par Kashiff Khan.

« J’ai travaillé très dur au cours des 28 dernières années. Et cela me fait mal de voir que mon nom et ma réputation sont endommagés et traînés si lâchement. Pour obtenir des globes oculaires. Mes droits en tant que fier citoyen indien respectueux des lois doivent être protégés. Avec gratitude. Shilpa Shetty Kundra (sic) », a-t-elle ajouté.

Jetez un œil au tweet ici-

Un homme d’affaires a déposé une plainte pour fraude et contrefaçon contre le couple, selon un article du Times Now, et leur a demandé 1,51 crore de roupies. Shilpa et Raj ont fondé une entreprise de fitness, qui fait l’objet de l’affaire. L’homme d’affaires a accusé le couple d’avoir obtenu de l’argent pour l’entreprise auprès d’investisseurs de tout le pays, et lorsqu’il a demandé le remboursement de son crore de Rs 1,51, le couple l’aurait menacé.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.