Sequoia aide les start-ups à réduire leurs coûts ou à faire face à une “spirale de la mort”

L’une des sociétés de capital-risque les plus prospères de la Silicon Valley ne voit pas l’économie rebondir de sitôt et avertit les sociétés de son portefeuille de se serrer la ceinture en attendant.

Dans une présentation de 52 pages vue par CNBC, Sequoia Capital a exposé une litanie de risques rendant plus difficile pour les fondateurs de lever des fonds et de fonctionner. La note, rapportée pour la première fois par L’informationa été présenté lundi dernier par les partenaires de Sequoia Alfred Lin, Roelof Botha, Doug Leone, Carl Eschenbach et d’autres.

“Nous pensons que c’est un moment Crucible”, lit-on dans la présentation. “D’abord et avant tout, nous devons reconnaître l’évolution de l’environnement et changer notre état d’esprit pour répondre avec intention plutôt qu’avec regret.”

Sequoia, connu pour ses premiers investissements dans Apple, Google et Airbnb, a tiré la sonnette d’alarme avant d’autres crises. La firme a publié une note intitulée “RIP bons moments” alors que l’économie s’effondrait en 2008, et a écrit un très lu “Cygne noir” mémo dans les premiers jours de la pandémie de coronavirus.

Dans le plus récent, Sequoia souligne une inflation soutenue et des conflits géopolitiques qui, selon lui, limiteront la possibilité de solutions politiques “rapides” comme la réduction des taux d’intérêt ou l’assouplissement quantitatif.

Les partenaires de Sequoia ont déclaré qu’ils s’étaient trompés sur un facteur dans la note de Black Swan: sous-estimer la réponse de politique monétaire et budgétaire qui a suivi la crise de Covid, “et le champ de distorsion qui a créé” sur les marchés.

“Cette fois, beaucoup de ces outils ont été épuisés”, a déclaré la présentation. “Nous ne pensons pas qu’il s’agira d’une autre correction abrupte suivie d’une reprise en forme de V tout aussi rapide comme nous l’avons vu au début de la pandémie.”

Sequoia rejoint un chœur de sociétés de capital-risque et d’investisseurs sur Twitter avertissant les fondateurs de l’environnement macroéconomique actuel.

Comme Lightspeed l’a dit la semaine dernière dans un article de blog« les périodes de prospérité de la dernière décennie sont incontestablement terminées ».

Les entreprises technologiques qui ont connu une croissance phénoménale pendant la pandémie prennent déjà des mesures pour réduire leurs coûts en supprimant des emplois ou en gelant les embauches. Klarna a déclaré cette semaine qu’elle prévoyait de licencier environ 10% de sa main-d’œuvre mondiale, à la suite d’annonces similaires de Robinhood et Netflix. Meta, Uber et Nvidia, la société mère de Facebook, font également partie des entreprises qui ralentissent l’embauche.

Sequoia indique que cela est une doublure argentée potentielle pour le recrutement, car “tous les FANG ont des gels d’embauche”. L’entreprise a exhorté ses fondateurs à examiner les projets, la recherche et le développement, le marketing et les autres dépenses pour être prêts à réduire les coûts et à éviter une “spirale de la mort”.

“Les entreprises qui se déplacent le plus rapidement ont le plus de pistes et sont les plus susceptibles d’éviter la spirale de la mort”, indique le mémo. “Regardez cela comme une opportunité incroyable. Vous jouez bien vos cartes et vous en sortirez comme une entité forte.”

Oubliez la “croissance à tout prix”

Les marchés boursiers ont été agités ces derniers mois par les craintes d’inflation, la guerre en Ukraine, les problèmes de chaîne d’approvisionnement et la décision de la Réserve fédérale d’augmenter les taux d’intérêt. Sequoia indique que le Nasdaq a connu sa troisième baisse la plus importante en 20 ans et que de nombreuses actions à forte croissance ont perdu deux ans d’appréciation des prix. Par exemple, 61 % de toutes les entreprises de logiciels, Internet et fintech se négocient en dessous des niveaux d’avant la pandémie.

“L’ère de la récompense pour l’hypercroissance à tout prix touche rapidement à sa fin”, indique le mémo Sequoia, soulignant que les multiples de revenus des logiciels ont été réduits de moitié au cours des six derniers mois et se négocient en dessous de la moyenne sur 10 ans. “Cela ne se traduira peut-être pas du jour au lendemain dans votre évaluation, mais à moyen et long terme, une croissance disciplinée et durable est toujours récompensée et se traduit par une appréciation significative de la valeur.”

De plus, ils préviennent que le “capital bon marché” ne vient pas à la rescousse. Les fonds spéculatifs croisés, qui ont puisé dans les marchés privés et l’investissement en capital-risque ces dernières années, “soignent leurs blessures dans des portefeuilles publics qui ont été durement touchés”, a déclaré la société.

Malgré les perspectives globales difficiles, Sequoia souligne la perspective d’opportunités pour les fondateurs résilients. Les partenaires mentionnent Cisco après le crash de 1981, Google et PayPal ont survécu à l’effondrement des dot-com, Airbnb a réussi à sortir de la crise financière et DoorDash à naviguer dans la pandémie. Les gagnants, ont-ils dit, sont ceux qui sont prêts à affronter des défis qui “ont pu être masqués lors de l’exubérance et des distorsions du capital libre au cours des deux dernières années”.

Michelle Bailhe, partenaire de l’équipe de croissance de Sequoia, a déclaré à CNBC que le montant approprié de réduction des coûts pour chaque entreprise dépend de l’activité et de la consommation de trésorerie, et que tout n’entraînera pas un gel des embauches. Dans certains cas, elle dit qu’il est préférable de “garder le pied sur l’accélérateur dans votre cœur de métier, car vous pouvez en sortir encore plus fort”.

“Le message que nous voulions faire passer aux fondateurs était que pour les meilleures entreprises, cela devrait être votre moment de briller, car lorsqu’il est facile pour tout le monde de lever des fonds et d’obtenir une demande, vous ne voyez pas autant la force de certaines d’entre elles. les entreprises et les équipes distinctives”, a déclaré Bailhe à Crypto World de CNBC mercredi. “Le terrain de jeu est devenu plus difficile, ce qui profiterait aux types de personnes qui profitent le plus de cette opportunité.”