Skip to content
Semaine de l’Europe: coup de pouce pour la vaccination et décision concernant l’Afghanistan reportée

Après des semaines de critiques intenses pour sa gestion du processus d’achat des vaccins, la Commission européenne était aux avant-postes cette semaine.

Bruxelles a annoncé qu’elle avait accepté d’acheter 300 millions de doses supplémentaires au fabricant de médicaments Moderna.

Pfizer / BioNtech, quant à lui, s’est engagé à fournir 200 millions de doses supplémentaires au bloc.

Si l’Union européenne dispose de suffisamment de fournitures d’ici l’année prochaine, les vaccins seront donnés aux pays les plus pauvres, a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Elle a également expliqué clairement ce qu’elle pensait de la Russie poussant son spoutnik V à l’étranger.

« Dans l’ensemble, je dois dire que nous nous demandons toujours pourquoi la Russie offre, en théorie, des millions et des millions de doses, sans faire progresser suffisamment la vaccination de leur propre peuple. C’est aussi une question à laquelle je pense qu’il faut répondre », a-t-elle déclaré aux journalistes. Mercredi.

Si l’Europe a trouvé un peu de répit sur le front de la vaccination, elle a également eu un sérieux soulagement dans le domaine de la sécurité commune.

La réunion virtuelle des ministres de la Défense de l’OTAN cette semaine était la première à laquelle la nouvelle administration Biden a participé.

Cela vient après quelques années difficiles à travailler avec Donald Trump, qui a fustigé les alliés européens sur leurs niveaux de dépenses de défense.

Malgré le soulagement, les problèmes communs n’ont pas disparu.

Tout d’abord, l’Afghanistan.

« Nous sommes allés en Afghanistan ensemble, alliés de l’OTAN, partenaires et États-Unis après le 11 septembre. Nous avons pris des décisions sur l’ajustement de notre présence ensemble et nous prendrons également la décision, le moment venu, de partir ensemble », a déclaré le secrétaire de l’OTAN. -Le général Jens Stoltenberg a expliqué.

L’alliance militaire maintient toujours une mission de soutien de 10000 hommes en Afghanistan, après que Trump a écarté les alliés et conclu un accord avec les talibans pour retirer unilatéralement les troupes américaines d’ici le 1er mai.

L’administration Biden examine maintenant s’il convient de respecter cette date limite.

Les ministres de la défense de l’OTAN n’ont pas non plus pris de décision à ce sujet cette semaine.