Skip to content

Le logo de Sanofi est visible au centre de recherche et de production de l’entreprise à Vitry-sur-Seine, France, le 6 août 2019.

Charles Platiau | Reuters

Sanofi a relevé mercredi ses prévisions de résultats pour 2020 après que ses résultats du deuxième trimestre aient été stimulés par des réductions de coûts et la vente de la majeure partie de sa participation de 20,6% dans la société américaine Regeneron, bien que les revenus aient été touchés par la crise des coronavirus.

Le fabricant français de médicaments a déclaré qu’il visait désormais une croissance de son bénéfice par action de 6 à 7% cette année, contre 5%.

La société, qui travaille sur deux vaccins visant à prévenir le COVID-19, a également déclaré qu’elle avait conclu un accord pour fournir jusqu’à 60 millions de doses d’un vaccin potentiel en cours de développement avec GlaxoSmithKline en Grande-Bretagne.

Sanofi a annoncé une nouvelle stratégie en décembre et passe d’une société pharmaceutique généraliste à une activité allégée centrée sur les vaccins, les maladies rares et l’oncologie.

La société a mis fin à la recherche sur le diabète et les maladies cardiovasculaires et renforce son pipeline interne de médicaments, dans le but de réaliser des économies et de générer une forte augmentation de ses bénéfices d’ici 2022.

Le résultat net du deuxième trimestre est en hausse de 5,6% à taux de change constants à 1,6 milliard d’euros (1,9 milliard de dollars). Sanofi a réalisé 990 millions d’euros de réduction de coûts au premier semestre et a réalisé 11,7 milliards de dollars en mai grâce à la vente de parts de Regeneron. L’argent devrait être consacré à l’innovation et aux acquisitions complémentaires.

Le chiffre d’affaires est en revanche en baisse de 3,4% sur le trimestre à 8,2 milliards d’euros. Les ventes de vaccins ont diminué de 6,8%, les verrouillages de coronavirus ayant frappé les voyages internationaux.

Les ventes de l’activité de santé grand public de Sanofi ont également chuté de 8% après un bond au premier trimestre lorsque les acheteurs se sont approvisionnés en analgésiques alors que la pandémie s’est installée.